france insoumise

Insoumis bretons et France « insoumise », par Jean Pierre Le Mat

de Jean Pierre LE MAT
Publié le Dernière mise à jour le

France insoumise.

Les députés de la France Insoumise se sont opposés à l’unanimité à la loi Molac sur les langues dites régionales.
Voir l’analyse du scrutin par l’assemblée nationale
La seule députée LFI La France Insoumise qui avait voté pour, Bénédicte Taurine, s’est retractée. A peine six mois auparavant, elle défendait l’occitan.
Comme quoi, les « insoumis » français sont particulièrement soumis et disciplinés.

france insoumise

France Insoumise vote contre la Loi Molac – impérialisme linguistique

LFI La France Insoumise est le seul groupe politique à défendre le monolinguisme.

Ils ne sont pas seulement des opposants à la langue bretonne, mais à toutes les langues sous domination française, de l’occitan de Frédéric Mistral, trahi par Bénédicte Taurine, jusqu’au créole de mes amis réunionnais.

Le groupe LREM La République en Marche est partagé. Les députés bretons et bien d’autres ont voté pour, enfreignant les directives venues d’en-haut. Dans les autres groupes, les députés n’ont pas voté contre. Même les élus du Rassemblement National et les Communistes, pourtant de tradition jacobine. Les uns ont voté pour, les autres n’ont pas pris part au vote. Ce genre d’hypocrisie montre que le vent tourne. La morgue qui accompagnait les incantations de la France une et indivisible n’est plus d’actualité. Tant mieux.

Qu’est-ce que l’insoumission ?

Quand j’étais jeune, j’ai fait quinze mois de prison militaire pour « insoumission et refus d’obéissance« . L’insoumission était alors quelque chose de concret, à savoir une désobéissance à des lois. C’était une prise de risque. La sanction, quand vous refusiez de porter l’uniforme lors du service militaire, pouvait aller jusqu’à vingt-quatre mois de prison. En temps de guerre, c’est la peine de mort. Je n’ai pas été le seul insoumis breton.

Jean-Luc Mélenchon s’est emparé du terme « insoumission » pour en faire quelque chose d’accessible à tous les frustrés de l’Hexagone. Une sorte de bonbon idéologique pour les gamins qui rêvent d’aventures. Mais sans lâcher la main de papa.

france insoumise

Sans doute un dédoublement de personnalité, ou un abus d’hologramme

Il en a fait de même avec d’autres mots, comme « république« .

Les mots, quand on les vide de leur sens, permettent de tresser facilement des appels révolutionnaires. Alors, les discours sont aussi généreux et aussi vides que les sermons des curés d’il y a cinquante ans. Les curés les plus réacs prononçaient leurs sermons en chaire, ce qui rendait la réplique impossible. La « France Insoumise » rajoute à ses discours une bonne dose d’indignation, ce qui permet, là aussi, d’éviter toute discussion loyale.

Ainsi à la question « Insoumis à quoi ? », Mélenchon répond : au capitalisme, à la tyrannie, à l’argent. C’est tout ?
C’est vraiment jouer petit bras. Avec une telle arnaque intellectuelle, on peut aussi se proclamer insoumis au cancer, à l’incompétence (des autres), au mauvais temps, au coronavirus et à des milliers d’autres choses encore.

Ils défendent un capital.

Arrêtons-nous sur le capitalisme auxquels sont « insoumis » ces gens. Dont la plupart n’ont pas de patron capitaliste.
Le capitalisme, apparu lors de la révolution industrielle, est lié à la production et à la consommation de masse. Le XIXe siècle a été le siècle d’or du capitaliste industriel. Puis, au XXe siècle, il a cédé la place au capitalisme financier. Enfin, au XXIe siècle, nous sommes passés à une société de l’information, à une société du savoir. Ainsi, la révolution numérique a produit une information de masse et un savoir de masse.

Le savoir c’est le pouvoir !

Celui qui détient un capital de savoir a des prétentions politiques. Les passions se déchaînent entre les possesseurs de savoirs -réels ou imaginaires- : technocrates, leaders populistes, hommes de médias, nouveaux philosophes, scientifiques ambitieux, créateurs de start-ups. Les anciennes générations de capitalistes, ceux que les communistes appelaient les deux cent familles, ont pour la plupart disparu. Ils ont cédé la place à des nouvelles figures, comme Bill Gates, qui ont créé des empires internationaux.

La « France Insoumise » se dit anticapitaliste…

Mais elle défend un capital culturel dominateur qui, comme le capital industriel et financier, a largement prouvé son rôle oppresseur. Inutile de développer ici le rôle de la langue française dans les pires aspects de la colonisation. Je citerais seulement Paul Bert, héros de la République, qui résumait en une phrase sa mission lorsqu’il devint résident-général du protectorat de l’Annam-Tonkin, l’actuel Vietnam, en 1886 : « Il faut placer l’indigène en position de s’assimiler ou de disparaître« . Par ailleurs, sur le site Contreculture.org, j’ai démasqué d’autres icônes de la pensée française.

En fait, défendre un capital culturel dominant contre les langues natives et les créoles, dans l’Hexagone et outre-mer, n’a rien d’une insoumission.

C’est même le contraire. C’est revendiquer le pôle réactionnaire de l’échiquier politique. On croyait la place occupée par le Rassemblement National. Il est vrai que le RN revendique maintenant un autre pôle, celui de la représentation des catégories sociales déconsidérées. De ceux qui, au travail, portent un gilet jaune. Ce swing nous change des clivages traditionnels de la politique. Tout évolue. Il faut s’adapter, sous peine de ne plus rien comprendre à la politique.

La revendication républicaine.

La République En Marche fait de la sous-enchère sur la droite et la gauche, de manière à proposer une synthèse, le fameux « en même temps« . La France « insoumise » fait l’inverse. Elle fait de la surenchère sur la gauche et sur la droite, sur les Socialistes et sur les Républicains. La référence historique en est les jacobins de la Révolution française. Ce modèle, fusion originale de l’incompétence, de la morgue et de la pulsion de mort, est un des ressorts de l’histoire de France. Le roman national, ressassé dans les programmes scolaires, en fait un héroïsme et un modèle à suivre.

Pour conclure, on pourrait résumer le républicanisme de la « France Insoumise » en paraphrasant un homme politique célèbre : « Tout dans la République, rien contre la République, rien hors de la République ». Beau slogan progressiste, n’est-ce pas ?

Le dynamisme des communautés.

Le communisme, dont Mélenchon se veut l’héritier légal, avait accompagné la révolution industrielle et la production de masse. Les communistes voulaient, comme leur nom l’indique, organiser la communauté des prolétaires face au capitalisme industriel. Aujourd’hui, l’organisation en communautés accompagne la révolution numérique et le savoir de masse. Les communautés défient la propriété intellectuelle comme les communistes s’attaquaient à la propriété industrielle.

Des communautés d’informaticiens créent et diffusent des logiciels libres. Des communautés de malades contestent les brevets des laboratoires pharmaceutiques. Bientôt, elles fabriqueront des médicaments génériques. Des communautés éphémères de touristes lancent des appels d’offres auprès des voyagistes. Les adolescents se moquent de la propriété intellectuelle des artistes de variétés.

D’anciennes communautés, comme la communauté bretonne, sont à l’aise dans cette révolution.

Elles revivent, après l’étouffoir jacobin. La communauté bretonne se reconnaît dans son originalité culturelle. Elle surfe sur internet. Elle y diffuse et y stocke sa langue. Le breton est la 83ème langue sur Wikipédia. Avant bien des langues officielles d’États reconnus par l’ONU. Je bénis ces magnifiques et discrets bénévoles qui travaillent dans l’ombre. Le Wikipedia en breton compte quatre-vingt treize contributeurs et trois administrateurs. Ce sont eux les vrais révolutionnaires. Ils bousculent l’ordre ancien, comme ces professeurs bretonnants qui font de nos enfants et petits-enfants des multilingues.
L’avenir est aux nouveaux insoumis bretons, pas aux « insoumis » français.

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.