Isabelle Chardonnier vient de Paris expliquer aux Breton(ne)s ce qui est bon pour eux.

Isabelle Chardonnier vient de Paris expliquer aux Breton(ne)s ce qui est bon pour eux.

Isabelle Chardonnier.

Encore une nouvelle fois, le pouvoir central parisien nomme une sous-représentante dans une de ses “provinces”. Cette fois il s’agit de Isabelle Chardonnier, aux affaires culturelles de Bretagne. Plutôt de la RAB Région Administrative Bretonne. Que d’aucuns surnomment aussi, avec humour, l’ARB Administration Régionale Bretonne. Bref cette administration sans volonté ni pouvoir, trop souvent couchée devant les décisions dictées par l’état central et contrôlées par son représentant préfectoral.
Ainsi Isabelle Chardonnier est un pur produit de l’administration centrale. Précédemment passée par Lyon, Le Puy en Velay, Paris … cette femme expérimentée débarque maintenant en Région Bretagne administrative. Puis dans deux ou trois ans, voire avant, ce pion avancé de Paris sera muté en Corse ou en Occitanie.
Isabelle Chardonnier succède à Michel Roussel, un Vosgien qui est resté quelques mois nous expliquer ce que Paris souhaitait nous imposer du point de vue culturel.

La mission de Isabelle Chardonnier ?

Chaque mot est pesé et lourd de sens.”Conduire la politique culturelle définie par le Ministère de la Culture, sous l’autorité de la préfète de région“. Donc c’est Paris qui décide la la politique culturelle qui doit être menée en Bretagne. Ce sera Isabelle Chardonnier, globalement ignorante des “affaires bretonnes” (comme il existe les “affaires indiennes” aux États Unis ou les “affaires autochtones” au Canada) qui conduira cette politique. Et de peur qu’elle dérape (ce système est très peu confiant dans ses éléments formatés), le gouverneur suprême contrôlera au quotidien. C’est en cela qu’elle n’est qu’une “sous-représentante” de l’état central.

Entre centralisme et colonialisme.

Ce n’est nullement les compétences de Isabelle Chardonnier que je mets en doute, étant bien incapable d’en juger.
C’est le système que je condamne.
Pourquoi un pays peuplé de 4,8 millions habitants ne serait pas capable de gérer ses propres affaires culturelles ? La République d’Irlande a une population similaire. Le Danemark est sensiblement plus peuplé. Ces deux pays confient-ils leurs “affaires” culturelles à d’autres ?
Qui mieux que les Breton(ne)s connaissent “les affaires” culturelles de la Bretagne ?
Ainsi le pouvoir central replié sur lui-même à Paris nous administre comme César administrait “ses provinces”. Ou comme il y a un siècle, il administrait à distance “ses colonies” africaines.

Et le Conseil Régional accepte sans broncher …

Trop habitué à tout accepter et sans doute atteint du syndrome de bécassine, les politiques de la Région Bretagne administrative n’y trouvent rien à redire. Englués depuis trop longtemps dans le système qui les nourrit, ils sont au mieux aveugles et au pire complices.
Nous n’avons aucune prétention de nous occuper des affaires culturelles de Paris et de leur île. Alors pour quelles raisons objectives devrions-nous accepter que le pouvoir central nous impose sa manière de conduire nos affaires culturelles ?
C’est à une Assemblée de Bretagne de prendre en mains ce dossier de nos affaires culturelles.

#CroirePlusEnNous

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi.

Et si on s’occupait Nous-Mêmes* de notre patrimoine en Bretagne ?

Fonction publique : les grands corps sont malades.

Décoloniser les provinces, de Michel ONFRAY

Previous Rugby et Tournoi des Six Nations : et la Bretagne ?
Next Le village préféré des Bretons est en ... Bretagne.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Le dragon gallois debout, et l’hermine bretonne couchée …

Le dragon gallois. Le titre et le contenu de cet article du Télégramme me ramènent plus de quinze ans en arrière. Quand, en qualité de vice-président du Conseil régional de

✅ Bretagne : quand on détourne une fête avant qu’elle ne devienne nationale.

C’est quand la fête (nationale) de la Bretagne ? Il y a au moins deux versions. Ce qui perturbe évidemment la visibilité de cette fête, ne serait-ce qu’en termes d’image

Le plan de déconfinement de l’état central

Le Premier Ministre Edouard Philippe est venu présenter mardi le plan de déconfinement devant la représentation nationale. Un vote a eu lieu mais les députés n’ont pas eu la possibilité

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse