Youpiieee, c’est le mois du breton en Bretagne !

Youpiieee, c’est le mois du breton en Bretagne !

Le Conseil régional qui administre quatre des cinq départements de Bretagne a décrété ce mois de mars 2018 …

Mizvezh ar brezhoneg, mois du breton.

C’est mieux qu’une semaine, et tellement plus qu’une journée. Nous rappelons que les Droits des femmes (ce 08 mars ) et du Moineau (le 20 mars) ne bénéficient que d’une seule journée.
Alors pourquoi nous plaindrions-nous ?
Une langue est naturelle et de plein droit sur son territoire. Ceci toute l’année, durant chacun des 365 jours et nuits de l’année. On peut imaginer que les instigateurs de ce mois du breton souhaitent placer notre langue originelle sous les projecteurs de l’actualité durant trente jours. Donc en faire la promotion. Et c’est une bonne chose. Mais ce traitement positif peut aussi être autrement interprété.

Existe t-il le mois de la langue française en France ?

Ou la semaine du danois au Danemark ou la quinzaine du catalan en Catalogne ?
Non sans doute, et c’est très logique et naturel. Une langue sur son territoire d’origine, c’est sa fête toute l’année. Elle doit être mise en avant, naturellement, les douze mois de chaque année.

disparaître, mois

Une langue est toujours la minoritaire d’une autre

Décidément les langues sont à l’honneur en ce moi de mars.
C’est aussi la semaine de la francophonie du 16 au 24 mars. Également la journée internationale de la francophonie ce 20 mars 2018.
Mais vous remarquerez toute la nuance dans les mots utilisés.

Le mois du breton, en Bretagne.

La journée internationale de la francophonie. Tu imagines la Journée Internationale de la brittophonie, de Nantes à New York, ou de Brest à Sydney ? Et pourquoi pas ?

Plus de 270 millions de personnes parlent plus ou moins bien le français dans le monde. Ou des français, devrait-on dire plutôt, tant il existe de dialectes et de patois françisants. Peut-on parler d’une brittophonie dans le monde ? Oui dès lors que ces deux vocables, francophonie et brittophonie, désignent l’ensemble des locuteurs de ces deux langues dans le monde. Mais en nombre de locuteurs, ces deux langues ne sont évidemment pas sur le même registre.
Attention à ne pas confondre brittophonie et brittophobie.
Mars, mois du breton en Bretagne, selon la RAB Région Administrative Bretonne.
Et les onze autres mois de l’année, vous faites quoi ?

Signez la pétition pour demander à la RAB d’augmenter son pitoyable budget alloué à la promotion du brezhoneg en Bretagne … toute l’année.

Pétition pour que la région Bretagne ait, enfin, du courage !

Précédent Nicola STURGEON, première ministre d'Écosse, à la rencontre des Bretons.
Suivant Breizh Barter : ça troque en Bretagne !

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 268 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Interceltique Lorient : le Prix Bro Gozh 2019 est décerné à …

Le Prix Bro Gozh 2019 pour le Festival Interceltique Le Festival Interceltique de Lorient est le grand rassemblement annuel des pays celtes. Comme chaque année début août, 4500 artistes convergent

NHU Bretagne, un nouveau média, le vôtre et c’est vous qui l’écrivez.

Vous ne connaissez pas encore NHU Bretagne ? NHU est l’acronyme de Ni Hon-Unan expression en breton pour dire Nous-Mêmes en français. Ce média, c’est vous qui l’écrivez ! Ce

Participez, vous aussi, à l’inventaire des pardons de Bretagne.

La Bretagne est terre de festivals, de fêtes et de pardons. De ces pardons, on dit qu’il en existerait un millier en Bretagne. BCD Bretagne Culture Diversité organise un inventaire

3 commentaires

  1. Fulup Jakez
    mars 04, 10:35 Répondre
    Oui, sans doute, on peut comprendre les arguments développés ici mais il n'en reste pas moins que le breton n'est pas langue d'un Etat breton, qu'il n'est pas langue officielle et qu'il n'est parlé aujourd'hui que par environ 4 ou 5 % des Bretons. La langue bretonne est pratiquement absente des grands médias et on en parle pour ainsi dire jamais à la télévision ou à la radio ce qui fait que beaucoup de Bretons ne prennent jamais le temps d'y réfléchir dans leur vie ne serait-ce que cinq minutes. Donc oui, il serait bien sûr préférable qu'il y ait toute l'année des initiatives institutionnelle promouvant la langue mais en attendant, un mois où on va un peu plus parler du breton, un peu plus le faire connapitre, le faire aimer, le faire pratiquer, c'est toujours bon à prendre.
  2. Mark Kelenn
    mars 04, 14:03 Répondre
    Tout à fait. Vu le contexte -à savoir que la France est notre voisine éternelle- tout est toujours bon à prendre. Tout, c'est-à-dire, même les miettes. Il s'agit d'être sur tous les fronts.TOUS, et TOUJOURS !
  3. Yann Robig
    mars 04, 15:37 Répondre
    Miizvezh ar brezhoneg e miz Meurzh? Abaoe diriaou 1añ a viz Meurzh neuze. Netra er c'hazetennoù, nag er skingomz, nag er skinwel koulskoude. Pe fall eo ma daoulagad ha ma divskouarn?

Laissez un commentaire