YesBreizh indépendance de la Bretagne

L’indépendance de la Bretagne : Yes Breizh pour en parler sereinement

de Yes Breizh
Publié le Dernière mise à jour le

Yes Scotland, Yes Cymru, Yes Kernow et Yes Breizh : les Yes celtiques

Yes Breizh et l’indépendance de la Bretagne.
Depuis plusieurs années, dans les pays celtiques, se développent un sentiment d’indépendance croissant dans l’opinion publique de ces nations sans états. Seule l’Irlande est indépendante, mais subit une partition organisée par Londres qui s’est accaparé le nord est de l’île. Les autres nations celtiques que sont l’Écosse, le Pays de Galles, les Cornouailles et la Bretagne, au caractère bien trempé, n’ont jamais vraiment été totalement britannique ou française. Non seulement, un très puissant sentiment national y a toujours existé, mais le sens actuel de l’Histoire semble le renforcer …
L’Écosse à innové avec son slogan Yes Scotland …

Yes Scotland en Écosse.

Honneur au plus ancien et plus structuré Yes des pays celtiques.

Yes Scotland est une plateforme représentant les partis politiques, mouvements et particuliers favorables à l’indépendance de l’Écosse. Cette plateforme citoyenne fut créé le 25 mai 2014. Elle fonctionne en recevant des dons d’entreprises et de particuliers du monde entier. De Yes Scotland, sont nés également d’autres groupes de promotion de l’indépendance écossaise. Dont Crofters for Yes, Farmers for Yes ou encore Veterans for Independence.

Yes Scotland est allié au SNP Scottish National Party, actuellement au pouvoir dans le pays et créé en 1934. Également aux partis Scottish Green Party et Scottish Socialist Party.

D’autres mouvements citoyens rejoignent Yes Scotland, comme Women for Independence et Business for Scotland.
Yes Scotland repose d’abord sur une déclaration que plus d’un million de personnes ont déjà signée.

Yes Breizh

Yes Scotland

Que dit cette déclaration ?

  • Je pense qu’il est fondamentalement préférable pour nous tous que les décisions concernant l’avenir de l’Écosse soient prises par ceux qui se soucient le plus de l’Écosse, c’est-à-dire par le peuple écossais.
  • Être indépendant signifie que l’avenir de l’Écosse sera entre les mains de l’Écosse
  • Il ne fait aucun doute que l’Écosse a un grand potentiel. Nous avons la chance de disposer de talents, de ressources et de créativité. Également la possibilité de faire de notre nation un meilleur endroit où vivre, pour les générations actuelles et futures. Nous pouvons bâtir une société plus verte, plus juste et plus prospère, plus forte et plus prospère qu’aujourd’hui.
  • Je veux une Écosse qui parle de sa propre voix et apporte sa propre contribution unique au monde. Une Écosse qui se tient aux côtés des autres nations sur ces îles, en tant que nation indépendante.
Yes Breizh

Référendum indépendance Écosse – Résultats 2014 et sondages 2020

Yes Scotland a maintenant essaimé dans le monde entier.

Le premier référendum pour l’indépendance de l’Écosse s’est tenu le 18 Septembre 2014. La question posée était simple : « L’Écosse devrait-elle être un pays indépendant ? »
Les résultats sont nets : c’est non pour 55,3% des suffrages, et le oui emporta 44,7% des suffrages.

Le tout récent Brexit britannique va précipiter un nouveau référendum, déjà prévu même sans Brexit. Nicola STURGEON, la très dynamique Première Ministre d’Écosse en a fait la demande au pouvoir central anglais à London. Face aux sondages très favorables au oui à l’indépendance, London refuse.

On comprend mieux pourquoi quand on connaît les plus récents sondages : 55% de oui à l’indépendance. Voir 56% pour certains institutes de sondage.
En 2012 seuls 23% des Écossais étaient favorables à l’indépendance de l’Écosse.

www.yes.scot
310 000 personnes sur Facebook, 83000 sur Twitter et 9400 sur Instagram

L'Histoire de Bretagne

L’Histoire de Bretagne, Danemark Bretagne indépendances comparées par Marcel Texier pour Yes Breizh

Yes Cymru au Pays de Galles.

Yes Cymru a été formé en 2014. Cependant, ce n’est qu’en février 2016 à Cardiff / Caerdydd, la capitale du Pays de Galles, que son existence apparaît au grand jour.

Yes Cymru est sans étiquette politique et n’est pas un parti politique.
Ils mènent une campagne non partisane en faveur de l’indépendance. Yes Cymru souhaite influencer les politiques par le poids de ses membres et n’exprime aucune opinion sur l’UE.
L’actuel leader de la campagne Yes Cymru est Sion Jobbins.

Yes Breizh

Yes Cymru

Une première marche s’est déroulée en mai 2019, rassemblant quelques trois mille participants.

Une campagne de soutien via les réseaux sociaux ont déjà rassemblé à ce jour plus de seize mille membres actifs.
Yes Cymru est très proche du Plaid Cymru, le parti nationaliste gallois, dont le leader actuel est Adam Price. Rappelons que le premier ministre gallois actuel est Mark Drakeford, du Parti Travailliste anglais.

En janvier 2020, un sondage réalisé par l’institut YouGov pour l’Université de Cardiff et ITV Wales donnait 25% d’opinions favorables à l’indépendance du Pays de Galles. Comme en Bretagne, c’est chez les plus jeunes que l’indépendance obtient le meilleur score, avec 27% d’opinion favorable. Et encore comme en Bretagne, ce sont les plus de 65 ans qui sont les plus réticents.

www.yes.cymru
44000 personnes sur Facebook, 55100 sur Twitter et 22800 sur Instagram

Yes Kernow en Cornouailles.

N heptu holyer kanaseth rag anserghek a Kernow / The non partisan campaign for an independent Cornwall.
Là aussi, il ne s’agit pas d’une organisation politique structurée mais d’une campagne non-partisane.

Yes Breizh

Yes Kernow

Yes Breizh en Bretagne.

Non, Yes Breizh n’est pas une organisation politique.
Yes Breizh n’invente rien et prend modèle sur les autres campagnes Yes celtiques citées plus haut.
Yes Breizh est une campagne non-partisane naissante, posant sans tabou la question de l’indépendance pour la Bretagne. Une plateforme de réflexion et d’échanges sur cette seule question.

Comme nos amis Gallois, Yes Breizh est sans étiquette politique, et ne souhaite pas afficher de position sur l’union Européenne. En effet cette idée d’indépendance pour la Bretagne transcende totalement le clivage périmé gauche-droite. Par ailleurs, le débat entre pro UE et contre, n’est pas à l’ordre du jour en l’état actuel de la situation.

L’Europe se recompose, et nous pensons qu’il est grand temps de pouvoir parler sereinement de cette question de l’indépendance de la Bretagne.

Ce débat est depuis trop longtemps tabou et exacerbé. Il devient nécessaire de soulever, entre « adultes responsables » et hors de la caricature et du simplisme, des aspects économiques, politiques, et de bien d’autres, de ce qui apparaît pour beaucoup de Bretons et d’Européens, comme inéluctable.

YesBreizh

Yes Breizh

Le seul sondage dont nous disposions au sujet de l’indépendance de la Bretagne date de février 2013.

Il y a déjà dix ans !
La question posée était : « Seriez-vous tout à fait favorable, assez favorable, assez opposé ou tout à fait opposé à ce que la Bretagne devienne indépendante ? »
Résultat : 18% des personnes interrogées se disaient ou tout à fait favorables, ou assez favorables. Comme au Pays de Galles, c’est chez les plus jeunes entre 18 et 24 ans que sont les plus favorables et chez les plus de 65 ans que sont les moins favorables.

Les chiffres de ce sondage breton de 2013 sont finalement assez proches de ceux du Pays de Galles d’aujourd’hui. Ainsi que de ceux de l’Écosse de 2012, donc vers la même période.

Nous le voyons depuis la fin de la dernière guerre : l’Europe se recompose.
Naturellement, les grands blocs d’après guerre se sont disloqués : URSS, Yougoslavie. Les états plus anciens construits trop souvent par la violence se fissurent. Comme l’Espagne (Catalogne, Pays Basque …) et la France (Corse, Bretagne, et les mêmes Pays Basque et Catalogne …). Depuis 1940, cent quarante pays et régions dans le monde sont devenues indépendants. A ce jour, aucun n’a souhaité revenir en arrière.

Ne disposant pas à ce jour, contrairement à nos amis Écossais et Gallois, de nos propres site internet et réseaux sociaux, nous publions sur la plateforme NHU Bretagne.

Retrouvez YesBreizh sur les réseaux sociaux:

www.facebook.com/YesBreizh
twitter.com/yes_breizh
www.instagram.com/yesbreizh

yesBreizh

Yes Cymru – Yes Breizh – Yes Scotland – Yes Kernow

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

2 commentaires

Yann Atro 21 mars 2021 - 18h09

«Par ailleurs, le débat entre pro UE et contre, n’est pas à l’ordre du jour en l’état actuel de la situation.»
Et maintenant que le parlement européen a acté qu’ils n’aideraient pas les catalans, malgré la répression fasciste qu’ils essuient, qu’ils laisseraient des députés légalement élus se voir retirer leur mandat et se faire extrader pour passer le reste de leur vie en prison tout ça pour avoir autorisé des citoyens à exercer leur liberté d’expression, maintenant que l’Union Européenne « garante des droits des peuples » est morte et enterrée, on peut lancer le débat ?

Répondre
Colette TRUBLET 24 mai 2023 - 9h19

D’un point de vue EXISTENTIEL, ce qui est important pour chacun c’est ce qui se passe là où il vit et peut agir. Les besoins devraient être le pivot des législations. La faculté de faire des projets et d’envisager l’avenir favorise l’espérance et sauve du désespoir quand la mort menace la vie.
D’un point de vue LEGISLATIF MONDIAL le droit à l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes existe, garanti par l’interdiction de violer les frontières.
D’un point de vue FINANCIER la financiarisation de l’économie se calcule désormais au niveau mondial par des personnes parfois plus riches que des états et ils peuvent réorganiser la vie des populations dont ils achètent les territoires, d’où les émigrations et les dégâts écologiques, et les retombées du capitalisme …
D’un point de vue du COMMERCIAL, la mondialisation garantit la circulation des biens et des personnes. La répartition des bénéfices ne profite qu’à des groupes puissants ou à des cerveaux capables de négliger les besoins individuels.
D’un point de vue POLITIQUE, l’adhésion des représentants des peuples à l’idéologie capitaliste avec promesse de ruissellement vers le bas de la pyramide est incapable de répartir les richesses de manière équitable.
D’un point de vue INDIVIDUEL chacun est encercle par des idéologies propagées par des médias dépendants des groupes financiers qui gèrent les « parts de cerveau » utiles au commerce.
D’un point de vue HISTORIQUE un peuple et son territoire sont empêchés de trouver des solutions à des problèmes de proximité. Tournés vers le profit et vers l’universel ils sont abêtis et soumis à des injonctions qui les prive de leur projets d’avenir personnel.
D’un point de vue d’ORGANISATION DU MONDE La finance fait la pluie et le beau temps partout.
POUR REPRENDRE LA MAIN il faut repenser la gouvernance mondiale ET la vie locale. CF mon journal de bord 2021 et 2022 sur le site de l’IDBE – Colette Trublet. ou sur ma page http://www.facebook.com/ Celte que j’aime.

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.