Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne, et on a des noms !

Nouvel ouvrage, et nouveau coup de gueule, de Yvon OLLIVIER, Juriste et Écrivain breton.
Un petit livre qui dénonce celles et ceux qui ont renoncé à la Bretagne, ou qui font semblant de s’en préoccuper. Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne, mais pas à leurs petits intérêts sur le dos de cette Bretagne. Et ils sont nombreux malheureusement. Toujours trop nombreux.

Name and shame.

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne en en citant nommément un certain nombre. Parmi eux, les Pierre MAILLE et Bernard POIGNANT, qui furent respectivement maires de Brest et de Kemper. Puis l’incontournable Jean Yves LE DRIAN et son actuel dauphin Loïg CHESNAIS-GIRARD, actuel président de la région administrative bretonne. Également Marylise LEBRANCHU et Philippe GROSVALET. Mais aussi ces représentants affables de trop nombreuses associations culturelles trop proches du pouvoir central et de ses avantages.

Ceux-là ont renoncé à la Bretagne réunifiée, à nos langues, à la mer … par la force de l’habitude, pour servir d’abord leurs intérêts et pour plaire à leur maître de Paris.

A lire absolument …

Ce livre de cent vingt quatre pages se lit avec plaisir d’une seule traite. C’est le genre de livre qui vous fait du bien.
(En italique des extraits du livre.)
« Nos élus ont renoncé à la Bretagne de multiples manières, malgré ou grâce à leurs beaux discours. La Bretagne n’est pour eux qu’un vulgaire marchepied »
« Celui qui ne proteste pas et se tait, consent ».
« Faire de la victime le complice de son propre asservissement, est la manière la plus subtile d’obtenir l’éradication d’un peuple, d’une identité et d’une langue que l’on ne reconnaît pas ».
« Le peuple breton n’a pas été persécuté. Il a juste été méprisé. Et moi je dis que c’est bien pire »

Surtout pas de politique !

« Tout est fait aujourd’hui pour que la résilience identitaire et culturelle bretonne se limite à ce qui semble acceptable au pouvoir. La sphère de l’image, du patrimoine et de la culture, et encore, à condition qu’elle demeure mesurée. Surtout, que ladite résilience ne contamine pas la sphère politique, celle des gens sérieux. La politique est une chose trop sérieuse pour les Bretons. Il revient aux forces de la centralité de la prendre en charge. Géant culturel et nain politique, a t-on pu dire de la Bretagne. Nation invisible encore, car évacuée de la sphère publique« .

Bretagne, sois belle, et tais-toi !

« Le Conseil Régional de Bretagne administrative a renoncé.

Pour se couvrir, il déploie la litanie de propos insignifiants sur les droits et la diversité culturelle. Sur la belle région où il fait bon vivre, où le lien social a encore du sens. Mais ce discours est un écran de fumée pour qui se montre incapable d’actes forts.
Alors qu’il faudrait sonner la charge, alerter les secours pour éteindre l’incendie, leurs propos lénifiants incitent le peuple à l’inaction.
Pourquoi agir en effet, si l’on nous dit que tout va bien, que l’on enseigne la langue à qui veut l’apprendre, que tout va pour le mieux dans le meilleur du monde. Que la Bretagne est une belle région où la diversité et l’altérité prennent sens ? »

 

président, cartes, lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Notre avenir s’annonce passionnant

Notre avenir s’annonce passionnant.

Il s’annonce passionnant parce que nous sommes dans une période charnière. Les vieilles constructions devenues inadaptées à une société qui change vite s’effritent. Et l’Hexagone étriqué et périmé dans lequel se situe la Bretagne fait partie de ces constructions. Rien ne saura arrêter, heureusement, ce processus. En attendant l’issue fatale, il nous reste à nous préparer pour que le moment venu, la Bretagne revienne enfin à la lumière. Globalement, nos élus ne prennent pas la mesure du changement en cours et de son issue.
Il faut donc faire sans eux. C’est de la société civile, de la base, des Citoyen(ne)s que vient l’espoir.
L’avenir de la Bretagne s’annonce passionnant.

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne
Éditions Le Temps Éditeur
Parution le 13 Septembre 2019
Relations presse : Thierry JAMET – tieri.jamet@gmail.com

 

lettre-a-ceux-qui-ont-renonce-a-la-bretagne

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne par Yvon OLLIVIER

 

A propos de Yvon OLLIVIER :

Le Livre Blanc de l’Unité Bretonne, à lire absolument.

« Les Frères Kerveguen », une politique fiction très réussie.

Previous De la pluie en Bretagne il y a 300 millions d'années ? 😉
Next Pique nique solidaire et festif à Telgruc en Finistère ce 14 Septembre

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 296 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Le dictionnaire amoureux de la Bretagne

Les dictionnaires amoureux. A vrai dire il s’agit d’une série d’ouvrages édités chez Plon Fayard. En outre on y retrouve le Dictionnaire amoureux de l’Égypte et le Dictionnaire amoureux de la Chine. Également

Les hôtels B&B, de Brest en Bretagne

Née à Brest en 1990 sur un coin de table de pizzeria, la chaîne d’hôtels bretonne B&B est devenue européenne. Trois collègues de travail dont Hubert BRUZAC et François BRANNALEC,

L’histoire des paquebots de Saint Nazaire en Bretagne.

Les paquebots de Saint Nazaire, le grand port du sud Bretagne. Du paquebot Impératrice Eugénie en 1865 à MSC Grandiosa en 2019, cent trente paquebots de ligne, de croisière maritime

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse