Patrimoine mondial de l’Unesco : toujours aucun site en Bretagne. Pourquoi ?

Patrimoine mondial de l’Unesco : toujours aucun site en Bretagne. Pourquoi ?

Aucun site breton classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco : n’est-ce pas étonnant ?

Trente neuf sites en Hexagone sont déjà inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Mais aucun en Bretagne.
Les terrils miniers vers Roubaix du nord de la France sont déjà inscrits. Mais pas les alignements mégalithiques millénaires de Carnac en Bretagne. Karnag est le plus important site mégalithique du monde. Les magnifiques rochers de Piana et Girolata en Corse sont déjà inscrits. Mais pas ceux de notre Pointe du Raz.

Vous avouerez qu’il y a de quoi se poser quelques questions !

Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle. Et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection. Ces sites retenus par l’Unesco sont rigoureusement sélectionnés dans des listes que soumettent les États membres. Ceux-ci sont au nombre de 178 dont 173 ont en ce moment une liste indicative en proposition avec 1638 sites. A fin 2014, 1007 sites dans 161 pays sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
Concernant l’Hexagone, à la date du 02 Février 2015, trente neuf nouveaux sites sont présentés par les autorités compétentes. Dont deux en Bretagne : les alignements mégalithiques de Carnac depuis 1996 et les marais salants de Guérande depuis 2002.

Patrimoine Mondial Unesco : Bretagne vide

Patrimoine Mondial Unesco : Bretagne vide

A qui la faute ?

Les dossiers d’inscription sont élaborés, soit par l’État membre, en l’occurrence la Commission Nationale pour l’Unesco pour l’Hexagone, composée d’une quinzaine de personnalités de diverses administrations , soit – c’est le cas le plus fréquent aujourd’hui – par les gestionnaires publics du site, ou bien encore par des associations gérant ces sites.

Sur la liste indicative actuellement proposée figure la Basilique de Saint Denis (dans le 93) mais pas la Cathédrale de Kemper. Également un hangar à dirigeable et un centre de recherche aérospatiale en région parisienne mais pas la Forêt, pour nous mythique, de Brocéliande.
Nous ne portons bien entendu aucun jugement sur la qualité des sites déjà inscrits ou proposés.

Nous posons une question simple.

Pourquoi aucun site n’a encore jamais été sélectionné en Bretagne, comme il en existe dans des dizaines de pays de superficie globalement équivalente.
Ainsi le Danemark (six sites), l’Arménie (trois sites), la Belgique (onze sites), l’Estonie (deux sites), Israël (huit sites), le Liban (cinq sites), Malte (trois sites), le Montenegro (deux sites), les Pays Bas (dix sites), la Slovénie (trois sites), etc … ?

Le siège social de l’UNESCO est situé à Paris, en France.

Ainsi la Bretagne possède un des patrimoines parmi les plus riches et variés d’Europe. Et ces personnes siégeant à Paris n’auraient à aucun moment pensé à inscrire un site situé en Bretagne ?
J’en doute !
Ou alors, c’est que depuis des décennies, aucune association bretonne n’ait été capable de présenter un dossier sérieux ?
Également j’en doute, là aussi.
Du coup j’en arrive à une autre explication possible : Paris ne veut pas qu’il y ait de sites inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en Bretagne. Et donc fait en sorte de ne retenir aucun dossier breton. Parce que figurer sur cette liste internationale reconnue apporte de la visibilité et des crédits. L’État central ne souhaite pas cela pour la Bretagne …
Bien entendu, si cette explication est fausse, nous comptons sur les responsables de l’UNESCO Paris pour nous donner les vraies raisons …

Depuis 2017, la directrice générale de l’UNESCO est Audrey Azoulay, ex Ministre française de la Culture.
Une carte et quelques chiffres pour mieux comprendre l’intérêt que portent ce ministère parisien au patrimoine de « ses provinces ».

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipee

 

patrimoine en Bretagne, valoriser

Patrimoine et culture : tout pour Paris et rien pour la Bretagne et le reste de l’Hexagone

 

Par ailleurs, lire aussi.

Six cercles de pierres en Europe célébrant le solstice d’hiver

Entrez dans le Cairn de Barnenez en Bretagne avec deux spécialistes …

Découverte de schistes gravés en Bretagne Occidentale datés de 14000 ans.

Je suis Breton : Yves COPPENS, paléontologue de renommée internationale.

Previous Du syndrome de Stockholm au syndrome de bécassine.
Next Gilles SERVAT à cordes déployées, nouvel album cette année.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 332 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Bretons, qu’avons-nous fait pour mériter ceci ?

Tentatives de raisonnement par l’histoire et une actualité qui nous rattrape. Encore il y a quelques mois au ministère de la santé, à la faveur d’une commission nationale s’intéressant à

✅ La réunification de la Bretagne impossible par décret : explications.

La grande majorité des articles publiés dans les colonnes de NHU Bretagne sont signés de leurs Auteurs. Mais il arrive parfois que pour des raisons de confidentialité, l’Auteur ne souhaite

L’hirondelle ne fera plus le printemps en Bretagne.

Depuis la nuit des temps, les premières hirondelles reviennent en Bretagne au début du printemps. Elles ont passé l’hiver en Afrique, bien au chaud. Selon leur migration, nos hirondelles bretonnes

3 Comments

  1. Rémy PENNEG
    décembre 28, 19:35 Reply

    Bonsoir Yannick. Tout à fait d’accord avec toi. Nous te contactons par email pour en parler plus longuement. Merci de ton attention. A galon

  2. Ponteau Josette
    janvier 26, 05:21 Reply

    Tout à fait d’accord. Broceliande le canal de Nantes à Brest .ploumanach et ses rochers.la cote de granit rose qui est une merveille..

  3. Patrick Yves GIRARD
    janvier 15, 10:38 Reply

    Les forteresses des Marches de Bretagne de la première ligne de défense à la troisième sont emblématiques du bas moyen-âge ainsi que des débuts de la Renaissance en Bretagne ainsi qu’en Europe. Cet ensemble fait l’objet d’un très grand nombre de visites et symboliquement le classement permettrait d’affirmer la continuité existant depuis Dol et Saint Malo jusqu’à Machecoul et Clisson.

Laissez votre réponse