Algaia, un bel exemple de relocalisation en Bretagne.

Algaia, une déjà longue histoire avec les algues.

Tellement convaincu, depuis trop longtemps, que les entreprises bretonnes doivent parfois se délocaliser hors de Bretagne, pour réussir. Voici Algaïa qui nous démontre tout le contraire.
Cette entreprise spécialisée dans les algues quitte partiellement l’Ile de France pour investir en Bretagne. Elles est déjà présente dans une trentaine d’autres pays dans le monde. Fabrice BOHIN, CEO de Algaia, a décidé d’investir plus de trois millions d’euros sur un site spécialisé à Lanniliz, sur la côte nord du pays. Et cette année 2018, ce seront encore trois à quatre millions d’euros d’investissement supplémentaires.

Logique économique.

Quand une entreprise européenne utilise plusieurs dizaines de milliers de tonnes d’algues, elle se doit d’être au plus près du plus important champ d’algues d’Europe. Et le plus important champ d’algues en Europe a un nom : Bretagne.

A cette occasion Algaia a multiplié son effectif par sept. Afin d’envisager rapidement de nouveaux marchés produits et géographiques.
Grâce à l’aide de la Région administrant quatre des cinq départements bretons et de Arkea, Algaia peut mieux assoir son implantation en Bretagne. C’est seulement le siège social qui se trouve en Bretagne. La R&D reste en Normandie et les ventes en Région Parisienne.

Les algues, l’or bleu de la Bretagne.

La Bretagne possède le plus vaste champ d’algues d’Europe. Nous bénéficions de conditions exceptionnelles pour la croissance de ces ressources naturelles. Dont le courant Gulf Stream, courant tempéré qui baigne de ses eaux limpides nos quelques 2700 kilomètres de côtes. Autant que l’Afrique du Sud ou l’Ukraine. Plus que le Pérou, l’Allemagne, l’Égypte ou le Portugal.

infographies, algaia

Les infographies de NHU Bretagne

La société OLMIX, un des leaders mondiaux des algues, est, elle, entièrement basée en Bretagne.

Des potentiels fabuleux pour l’avenir de la Bretagne.

En fait les algues sont parmi les matières premières essentielles de l’avenir des Hommes sur notre petite planète. Nous devons mieux nourrir plus de sept milliards de personnes. Et sans doute que la terre n’y suffira pas. Et qu’il faudra encore plus penser à la mer.
Avec les algues, on réalise des emballages naturels. Les algues, on en mange mais pas assez en Bretagne !. Ce nouvel or bleu breton sert aussi à la santé et à l’alimentation humaine et animale. Algaia produit aussi des bases pour cosmétiques, pour le bien être …
La Bretagne est une référence internationale dès lors qu’on parle d’algues.
Nous disposons sur les rives du plus important couloir maritime du monde (encore un de nos atouts) d’une richesse fabuleuse que sont les algues. Cette richesse encore trop peu reconnue fait de la Bretagne la première puissance européenne en ce domaine.

#CroirePlusEnNous

http://www.algaia.com/en/

Previous Le Livre Blanc de l'Unité Bretonne, à lire absolument.
Next Je ne suis pas Journaliste, j'écris sur NHU Bretagne et j'y prends du plaisir.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Bretagne et balance commerciale

La balance commerciale bretonne est déficitaire. Quelques données chiffrées de la balance commerciale de la Bretagne Principaux Partenaires hors Hexagone à l’exportation :  Allemagne 12,8% – Espagne 9,2% – Italie 8,3%

Agribashing et Breizhbashing : même combat ?

Le terme agribashing apparaît pour les premières fois dans l’Hexagone en 2016. D’abord sur un blog polémiste et souvent contesté, Agriculture et Environnement. La définition du mot agribashing pourrait être un

Inauguration du train qui rapproche la Bretagne de Paris … ou l’inverse.

Un siècle et demi plus tard, ils nous refont le coup du train. C’est un ingénieur des Cornouailles, Richard TREVITHICK qui inventa le première locomotive à vapeur. Puis il la

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse