✅ Pour sauver le breton de la disparition, une seule solution, une seule !

✅ Pour sauver le breton de la disparition, une seule solution, une seule !

Next week, the English version

Pour sauver le breton, une seule direction …

Il y a actuellement environ 200 000 personnes à parler le breton/brezhoneg en Bretagne surtout, et ailleurs dans le monde. Il s’agit majoritairement d’une populations âgée de plus de cinquante, soixante ans. Et personne n’est éternel sur cette terre. Chaque année, entre les brittophones qui décèdent et ceux qui apprennent leur langue originelle, c’est un disparition nette d’environ cinq mille locuteurs.
A vos calculettes !
Dans quarante ans, la langue bretonne aura totalement et définitivement disparue en Bretagne.
Dans les années 50, il y avait environ un demi million de brittophones en Bretagne. Autant qu’il y avait de personnes à parler gallois au Pays de Galles. Soixante dix ans plus tard, en ce moment même, les Gallois sont plus de 750000 à parler leur langue, et nous seulement environ 200000.

Que s’est-il passé ?

Il y a plusieurs raisons à cet écart entre les deux nations et leurs langues soeurs.
L’une d’elle est la moindre volonté du gouvernement central de London d’éradiquer le gallois, quand ici dans l’Hexagone, la disparition des langues originelles est une volonté parfaitement assumée et organisée depuis longtemps.
Mais la raison principale tient au fait que chez nos cousins et voisins Gallois, leur langue est obligatoire à l’école.
En 1891, 50% des gallois parlaient leur langue. Ils n’étaient plus que 19% en 1981.
Puis il y eut les Welsh Language Act en 1993 et le Government of Wales Act en 1998.
Le gallois est obligatoire à l’école jusqu’à seize ans et possède les mêmes droits que la langue anglaise. Dès 2004, 21,7% de la population galloise parlait la langue originelle. Depuis le croissance est continue.
Ainsi, l’enseignement du gallois est obligatoire partout jusqu’à l’âge de seize ans.
Jusqu’à 20% des élèves choisissent le gallois en première langue.
Depuis 2011, le gallois est langue officielle au même titre que l’anglais.

✅ Gagnant gagnant : l’autonomie ou l’indépendance d’Alan LE CLOAREC

On sait donc que faire pour sauver le breton de la disparition.

Tant que le breton ne sera pas obligatoire à l’école, il continuera, lentement mais sûrement, à disparaître. C’est la seule et unique solution pour que notre langue reste vivante pour les générations futures. Tout le reste n’est, et ne sera que bricolages et soins palliatifs.
Tout brittophone, tout militant culturel, tout homme ou femme politique, tout amoureux de la Bretagne … qui ne prône pas l’enseignement obligatoire du breton devient plus ou moins complice de sa disparition programmée.
D’un côté, l’état central veut éradiquer notre langue. De l’autre côté, la région Bretagne administrative et son Président ne consacre en 2021 que 0,47% du budget global de la région aux soins palliatifs prodigués. Évidemment impossible de sauver la langue bretonne dans cet étau destructeur.

La plupart des politiques exerçant en Bretagne est complice du pouvoir central dans cette volonté d’éradication.

Les maintenir au pouvoir, même en échange de subventions et autres verroteries, c’est participer à la disparition du breton. Il est temps que nombre de militants d’associations culturelles bretonnes se posent la question clairement en ces termes.
Par ailleurs, et le passé nous le démontre, nous devons retrouver un statut de très large autonomie pour sauver notre langue. Aucune langue n’est sauvée si son peuple n’est pas, ou largement autonome, ou indépendant. Aucun. Nous devons, impérativement, prendre certaines distances avec cet état central qui de Paris, organise ce génocide linguistique. C’est à nous, Bretonnes et Bretons, de prendre en mains le sort de notre langue. Aujourd’hui on le laisse entre les mains de ses meurtriers. Sans leur autonomie vis-à-vis de London, le gallois aurait très certainement continué à péricliter.

Tout brittophone ou gallésant, tout militant culturel, tout homme ou femme politique, tout amoureux de la Bretagne … qui ne prône pas l’autonomie de la Bretagne, voire son indépendance, devient complice de la disparition programmée du breton/brezhoneg.
Pensez-y … il n’y a aucune autre solution : enseignement obligatoire.
Si vous en avez une autre, faites-moi signe

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi à ce sujet.

✅ Jean Michel Blanquer devient l’ennemi n°1 du breton/brezhoneg

✅ Loïg, Didier, Annaïg … comment osez-vous ?

Previous ✅ EELV PdL ne veut pas de la réunification de la Bretagne ?
Next ✅ OK corral au Conseil Régional de Bretagne administrative

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Des parents se voient refuser un prénom breton pour un tildé

Quand des Parents veulent appeler leur Enfant Fañch. Tildé ! Donc on peut donner à son Fils/Fille des prénoms improbables issus de séries américaines, des prénoms étrangers, mais à Quimper/Kemper,

Les Progressistes Bretons, un cheval de Troie en Bretagne ?

Les élections européennes approchent et il va falloir ressortir le Cheval de Troie. « La Bretagne a toujours été au rendez-vous des grandes échéances européennes. Le combat pour l’Europe nécessite un

Ce pays est au bout du rouleau … par Alain GLON.

Le pays n’a plus de marges de manœuvre. Ainsi 57 % du PIB de la France est engagé par la dépense publique. Puis il faut y ajouter 3 % de

2 Comments

Laissez votre réponse