Le 11 Janvier à Vannes au sujet de la Bretagne : #CroirePlusEnNous

Le 11 Janvier à Vannes au sujet de la Bretagne : #CroirePlusEnNous

Le 11 janvier à Vannes, pour se poser enfin les vraies questions pour émanciper la Bretagne !

Le 11 janvier prochain à Vannes, l’ICB organise une journée de réflexion sur l’émancipation de la Bretagne. D’une part sur le plan juridique (ICE le matin), stratégique et politique. D’autre part, l’après-midi, se tiendront deux tables rondes sur la politique linguistique et la réunification de notre territoire. Donc les deux principales revendications bretonnes. Sont invités toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’émancipation de la Bretagne, qu’ils soient militants culturels ou politiques.
C’est l’occasion d’avoir enfin un vrai débat, entre militants, sur les questions qui dérangent le plus. Donc à savoir les échecs de nos stratégies passées. Nous avons échoué ! Sans doute avons-nous commis l’erreur de croire que le salut nous viendrait du PS, et de le suivre, espérant le grand soir. Or nous avons été trahis en 2014 sur la réforme territoriale et nos langues sont en train de mourir faute de véritable politique linguistique.
En cette matière, ce sont les chiffres qui commandent.

La politique linguistique actuelle, n’est qu’un alibi.

Nous sommes les plus mauvais avec 3% d’enfants scolarisés en classe bilingue. Contre plus de 50% désormais pour les enfants basques. Les choix n’ont pas été les bons et la région refuse de s’interroger sur les raisons de cet échec, conservant un optimisme de façade qui induit en erreur les Bretonnes et les Bretons. Aucun effort sérieux n’est fait en matière de formation des professeurs. Cette non politique traduit un manque de volonté évident. L’objectif naturel de généralisation de l’enseignement de nos langues à nos enfants n’est pas envisagé par nos élus, qui ne consacrent même pas à cette politique 1% du budget de la région.
A ce rythme-là, il nous faudrait des siècles pour rattraper le pays basque nord. C’est sur ce renoncement, qui pour moi est historique, que j’ai voulu attirer l’attention du plus grand nombre dans la Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne.
Nous, militants bretons, nous ne devons pas entériner ce renoncement.

Nous avons aussi notre part de responsabilité.

Si nous avons échoué, c’est sans doute d’avoir trop suivi le pouvoir PS en place. De fait plaçant ainsi le mouvement breton sous la mouvance d’une formation politique aussi jacobine que les autres, lui accordant, sans le moindre effort de sa part, un solide quitus breton. Il est vrai que Jean Yves Le Drian a su, avec habilité, subjuguer un grand nombre d’entre nous, à très peu de frais.
Tirons aujourd’hui les leçons de nos échecs. Le mouvement breton ne semble plus en mesure d’organiser de grandes manifestations. Il ne s’est rien passé depuis des années. Tout ce qui bouge encore en Bretagne et manifeste une volonté réelle d’émancipation, vient des marges et de manière trop désordonnée sans doute.
Il n’y a plus d’unité de pensée et d’action.

Alors, débattons, entre nous.

Quelles que soient nos divergences, mais débattre !
En 2006, le mouvement breton avait organisé une ou deux journées de réflexion sur le sujet. Nous en avons grand besoin aujourd’hui.
Il est temps, je crois, de remettre la pression sur le lieu emblématique où devrait se situer la volonté d’émancipation bretonne, à savoir la région Bretagne. Car c’est là où se situe précisément le renoncement le plus coupable. Il est normal que l’État français renonce puisqu’il n’a jamais voulu. Le renoncement du Conseil régional est autrement plus préoccupant. La région ne mène que des politiques alibis, donnant le sentiment que les choses avancent alors que la Bretagne est en passe de sortir de l’Histoire.

Les vrais fossoyeurs de la Bretagne ne sont pas à Paris, mais à Rennes.

Si nous en parlions un peu, ce samedi 11 janvier 2020 à Vannes ?

Le 11 Janvier à Gwened/Vannes.

Ti ar Vro-Emglev Bro Gwened, 3 Rue de la Loi/Stared al Lezenn à partir de 09:30
Président Jacky FLIPPOT Pellg 0681366743
Vice Président Jean Pierre LEVESQUE Pellg 0662714248
Organisé par ICB Institut Culturel de Bretagne/Skol Uhel ar Vro – www.skoluhelarvro.bzh
Échanges et débats avec deux vice-Présidents de la FUEN pour Union Fédéraliste des Communautés Européennes. Ainsi que de Attila DABIS qui est Rapporteur de l’ICE Cohésion Territoriale et Commissaire aux affaires étrangères du Conseil National Szekler.
Également avec Yannig BARON, Jean Claude LE RUYET et Gilbert DALGALIAN. Enfin avec Yvon OLIVIER et Jean Pierre LEVESQUE.

C’est quoi un ICE ?
Initiative Citoyenne Européenne
Depuis 2012, l’Union Européenne autorise les Citoyen(ne)s à présenter des projets de lois sous forme d’ICE.
Deux ICE concernent aujourd’hui la Bretagne.
L’ICE Minority Sefepack Initiative pour la défense des langues minoritaires. Et l’ICE Territorial Cohesion.

Lire aussi :

#CroirePlusEnNous, # de l’espoir et du dynamisme, en Bretagne et ailleurs …

Hé, oh, les socialistes fossoyeurs de la Bretagne …

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Yvon OLLIVIER : « Quand le peuple bouge, ses élus suivent »

Previous Tourisme Bretagne 2019 : hausse de fréquentation
Next Catéchisme républicain, vu de Bretagne par une Bretonne

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 20 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Le e-commerce continue à progresser en Bretagne.

Site vitrine ou de e-commerce ? Que vous proposiez vos produits à des professionnels ou à des particuliers, vous devez maintenant disposer d’un site internet. Au moins d’un site vitrine,

✅ Réunification Bretagne : consultation, référendum ou décret ?

Réunification Bretagne. La demande est telle qu’on y arrive enfin : la Bretagne sera bientôt réunifiée. Les élections municipales ont déclenché en Bretagne, et en particulier en Loire Atlantique, des

En Bretagne et en Europe, l’opération « Un mois sans supermarché ».

Vivre un mois sans supermarché. L’association suisse En vert et contre tout organise depuis 2017 un mois sans supermarché. C’est le mois de Février qui a été élu ce mois

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse