Yvon OLLIVIER : « Quand le peuple bouge, ses élus suivent »

Yvon OLLIVIER : « Quand le peuple bouge, ses élus suivent »

Yvon OLLIVIER, bonjour.
Et merci d’avoir accepté de nous recevoir chez vous, dans cette Loire Atlantique si bretonne, pour nous parler un peu plus précisément de votre dernier ouvrage : Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne. Le livre est déjà un succès et fait beaucoup parler depuis sa parution le 13 Septembre dernier. A sa lecture, on comprend mieux pourquoi !

Yvon OLLIVIER, pouvez-vous, avant de parler de votre livre, nous dire un peu qui vous êtes ?

Tout d’abord, je veux dire que je suis agréablement surpris par le succès de cet ouvrage. J’ai l’impression d’avoir dit tout haut ce que de nombreuses personnes pensent depuis très longtemps. Je reçois tellement de messages que je n’ai pas le temps suffisant pour répondre à tous, qu’ils veuillent bien m’en excuser.
Cela fait maintenant quinze ans que je milite pour la Bretagne. J’essaie de le faire avec mes moyens, en écrivant des ouvrages, en défendant l’unité judiciaire de la Bretagne dès qu’elle est menacée, et de toutes les manières possibles. Le fait que j’habite en Loire Atlantique, tout en étant d’origine léonarde, m’a rapidement convaincu que l’avenir de la Bretagne passera par la réunification de son territoire historique. Le maintien du statu-quo nous condamne à moyen terme à disparaître dans le grand ouest, le projet que suit l’État depuis des lustres et tous les adversaires acharnés de la Bretagne. Il y a deux impératifs pour la Bretagne : la réunification de son territoire et la sauvegarde de nos langues. Tout le reste suivra. Et sur ces deux plans, c’est la catastrophe.

Donc cette Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne.

Qu’est ce qui a bien pu déclencher en vous l’écriture de ce livre, de ce cri, à l’encontre de celles et ceux qui ont renoncé à la Bretagne ?

La situation actuelle est objectivement catastrophique. Les élus PS, qui avaient tous les leviers, ont saboté la réunification de notre territoire, laquelle aurait été un moyen de réconcilier cette formation politique avec sa tradition d’émancipation.
Il y a eu un accord entre élus PS sur le dos des Bretons, et ce n’est pas tolérable. Nos langues sont en perdition avec seulement 3 % d’enfants scolarisés en langue bretonne. Et encore faut-il voir comment. Alors qu’en pays basque nord, on dépasse désormais les 50% d’enfants scolarisés. En Corse, on forme des professeurs de corse par centaines…. Chez nous, la région signe avec l’État une convention prévoyant vingt (20) postes offerts au concours. Et l’État ne tient même pas sa parole…

Il y a en la matière un échec spécifiquement breton que l’on refuse d’affronter.

Et que l’on noie dans la parlote, les colloques, et autres belles promesses. Ce n’est plus acceptable.
Cela fait une quinzaine d’année que le PS a pris la région et nous en sommes encore là ? mais qu’à t-on fait depuis tout ce temps ? Soit il y a une erreur manifeste de stratégie suivie et alors il faut s’interroger, soit un manque de volonté criant. La réponse figure peut-être dans la part du budget régional alloué aux langues de bretagne : moins de 1 % ! Alors on nous dira que l’argent n’est pas le plus important, mais les Basques du sud dépensent 250 millions d’euro par an pour la politique linguistique !! Ils sont donc idiots les Basques ?
La vérité c’est que nos élus n’ont aucune volonté d’émanciper la Bretagne, de lui offrir un statut digne de ce nom. Ils louent les bienfaits de la différenciation, ce nouvel artifice de la centralisation. Il n’y aura jamais rien de sérieux dedans car le système n’en veut pas. Et nos élus sont dans le système, plus que jamais. Ce qui compte, c’est leur progression au sein du parti et leur investiture.

yvon ollivier

Bretagne, mon pays avant mon parti

Vous réglez le compte du PS Parti Socialiste. Il est vrai que ce parti politique français a eu en mains tous les pouvoirs à une période. Dont la présidence de la République, le gouvernement, l’Assemblée Nationale et le Sénat. Ainsi que le conseil régional qui administre quatre des cinq départements bretons, les conseils départementaux, le plupart des grandes villes bretonnes … Et ils n’ont rien fait, ou tellement peu que s’en est rien, pour la Bretagne.

Pourquoi citer les noms de ces personnages politiques socialistes ?

Je fais partie des nombreux déçus de la deuxième gauche. J’ai cru comme beaucoup et j’ai été trahi. Donc je m’exprime en retour. Je cite des noms lorsqu’il est possible de leur rattacher des faits précis, parce qu’il faut savoir de quoi et de qui l’on parle. J’ai écrit ce livre comme un bilan historique d’une époque marquée par tant de promesses, de beaux discours. Mais encore par tellement de mensonges et de trahisons. Je crois savoir que l’histoire ne sera pas tendre avec eux. Il est choquant de trahir ses promesses à l’assemblée nationale. Ou de s’ asseoir sur la démocratie et la volonté des habitants de loire atlantique au moment même où l’on parle de référendum d’initiative populaire comme l’a fait Monsieur Grosvalet. Il faut le dire. Car nous ne devons jamais oublier ceux qui nous trahissent et condamnent la Bretagne à la relégation progressive.

Le PS français certes. Mais l’abandon de la Bretagne n’est-il pas une presque constante des politiques bretons dès qu’ils approchent du périphérique parisien ?

Bien sûr, je ne prétends nullement que les autres partis nationaux auraient fait mieux. Simplement, ils ont promis, ont obtenus le pouvoir sur ces promesses d’émancipation, et ils ont renoncé à la Bretagne. Leur responsabilité est donc immense, quand bien même resteraient ils encore au pouvoir pour cinquante années.

Yvon OLLIVIER, la population bretonne a t-elle, elle aussi, selon vous, renoncé à sa Bretagne ?

Je pense que nous sommes de grands naïfs. Il suffit de nous promettre de belles choses, de nous dire que tout va bien, que l’enseignement de nos langues avance, que la Bretagne progresse pour que nous nous rassurions et que l’on n’aille pas voir plus loin la situation catastrophique. Un grand nombre de nos militants sont tombés dans le panneau et accordent une caution de bretonnitude à des gens qui n’en ont rien à faire. Une grande partie des Bretons a sans doute le tort de se complaire dans ce jeu de dupe. C est peut-être lié à des ressorts psychologiques profonds, en ce que nous avons été victimes de la pire forme d’ethnocide qui soit, celle qui repose sur la complicité de ses propres victimes. Comme je l’ai dit dans le livre, nous n’avons pas été persécutés, mais méprisés. Et je crois que c’est pire car le mépris reste toujours. Mais au fond d’eux-mêmes les Bretons attendent l’émancipation et c’est aux responsables politiques qu’il revient de la mettre en œuvre.
Leur responsabilité est immense. Or ils prennent les Bretons pour des idiots et ça je ne le supporte plus.

Dans votre livre vous écrivez que « la Bretagne n’a plus rien à espérer des formations politiques traditionnelles ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je crois que le système France repose sur notre mort en tant que peuple. Donc nous n’aurons jamais l’émancipation d’un peuple dominé avec les formations politiques traditionnelles qui expriment toujours la volonté de Paris et des maîtres du système. Il suffit de regarder lucidement notre situation actuelle. Nous entrons dans les poubelles de l’histoire du fait de l’inaction de nos élus qui cautionnent le système. Et les Bretonnes et les Bretons en sont et en seront les principales victimes. Mais je pense que certains de nos grands élus auraient pu s’émanciper du système et forcer le destin. Je pense bien sûr à Le Drian qui est un homme d’une intelligence exceptionnelle. Il a su capter une grande partie du mouvement culturel breton, le mettre en quelque sorte sous contrôle avec des artifices. Si je devais résumer l’évolution en Bretagne depuis quinze ans, je dirais : « la Bretagne poursuit sa relégation sur à peu près tous les plans et Jean Yves Le Drian a réalisé une carrière politique d’envergure internationale ».

« Renoncer au renoncement », « ne plus être client », et « prendre en mains nos affaires ». Soit. Mais si cela ne doit plus passer par « des formations politiques traditionnelles », il faut passer par où, par qui ?

Si j’avais la recette, je la donnerais. Tout ce que je sais c’est que lorsque les Bretons bougent, il se passe quelque chose. La société civile a un rôle majeur pour émanciper la Bretagne. Je pense que ce peut être l’étincelle qui amorcera une dynamique sociale et politique. Nos responsables économiques bretons aussi ont un rôle essentiel.
La plateforme Pour une Bretagne enfin majeure doit accoucher prochainement d’un projet de statut particulier pour la Bretagne. C’est le niveau auquel nous devons nous situer. Bien au-delà de la parlote autour du droit à la différenciation. Tout comme le droit à l’expérimentation, -qui est un échec absolu- le droit à la différenciation n’est qu’un artifice de plus du système centralisateur pour se maintenir. Dernièrement, les artistes de Bretagne ont su exprimer leur émoi au sujet de la débretonnisation qui se poursuit naturellement au sein de nos communes. Ils ont forcé la région Bretagne à réagir. Alors que son Président venait de renvoyer dans les cordes le président de l’association EOST quelques jours plus tôt. Quand le peuple bouge, les élus suivent.
Notre problème breton n’est pas un problème juridique, le droit on le change. C’est juste un problème de volonté politique. .

Un peu de prospective en restant optimiste et lucide : comment voyez-vous la Bretagne dans dix ans ?

Tout dépendra de notre capacité à réagir. Si les Bretons ont la volonté, elle ira de l’avant. Sinon, elle pourrait fort bien sombrer dans le grand ouest, ou mourir d’inanition, lorsqu’un peuple privé de son histoire perd peu à peu conscience de lui-même. Il faut voir la virulence des journalistes d’ouest France en Loire Atlantique à l’encontre de l’identité bretonne et le travail de sape qu’on y accomplit avec le produit de nos impôts. .
Le lieu où doit s’exprimer la volonté bretonne est le Conseil régional. Là est la clé. Le jour où nos élus troqueront le régionalisme de la parlote, contre le régionalisme de la lucidité et de la volonté, tous les espoirs seront permis.

Yvon OLLIVIER, un grand merci pour votre accueil.
Nous espérons que votre Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne va continuer son ascension, et que les Citoyen(ne)s de ce pays seront très nombreux à le lire et plus encore à s’en inspirer.

Lire aussi  à propos de Yvon OLLIVIER :

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Le Livre Blanc de l’Unité Bretonne, à lire absolument.

1 – Bouts de livres : l’autonomie c’est mal ! Sauf …

Précédent Bretagne centre du monde ou finistère excentré ?
Suivant Coop Breizh : producteur, éditeur et distributeur de cultures en Bretagne

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 221 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Brit Air de 1973 à 2013, le rêve d’icare breton

Le 31 mars dernier, le nom Brit Air prenait son dernier vol vers la postérité. Brit Air, plus de quarante années de bons et loyaux services pour celle qui fut la seconde

Du rêve aux possibles : le devenir breton.

Du rêve : « nous allons, ensemble, sculpter des centaines de grandes statues de pierre de saints bretons et celtiques et les exposer à nos vents sur une hauteur en Centre

Oiseaux de Bretagne, Morskoul ou Fou de Bassan

Réserve ornithologique des Sept Iles et oiseaux de Bretagne L’archipel des Sept Iles (Enezeg ar Jentilez en breton) est formé de cinq îlots (enez) et de deux gros rochers. Dont Enez

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire