Freizh, fraise de Bretagne, sivi Breizh : à consommer sans modération

Freizh, fraise de Bretagne, sivi Breizh : à consommer sans modération

La fraise cultivée en Bretagne est délicieuse, et la fraise de Plougastel en particulier..

Fraise de Bretagne, le fruit rouge par excellence. Ce sont des marins bretons à la fin du XVIe siècle avec à leur tête le malouin Jacques CARTIER qui ramena les premiers fruits rouges en Europe.
Puis c’est un autre marin, au nom prédestiné, Amédée FRESIER (descendant d’un écossais FRAZER) qui débarqua du Chili avec cinq plants. Qui sont les ancêtres de toutes les fraises européennes d’aujourd’hui. Elles seront cultivées au Jardin Botanique de Brest. Puis à Plougastel, toujours depuis, haut lieu de la culture de ce fruit printanier en Europe.

Produire mieux.

La fraise de Plougastel se distingue par sa saveur et son odeur si parfumée. Mais également par ses rondeurs et ses couleurs. La fraise en Bretagne, si riche soit-elle, pourrait voir ses surfaces augmenter et créer par là-même des centaines d’emplois.

Quelques chiffres pour mieux comprendre. Globalement 4,3 millions de tonnes de ce fruit si parfumé de toutes variétés et qualités produites dans le monde. Dont un million en Europe. Premier européen, l’Espagne et ses quelques 334 000 tonnes à elle toute seule. La Bretagne en produit bon an mal an quelques 3600 tonnes quand il s’en consomme environ 130 000 tonnes dans l’Hexagone chaque année.

Bretagne et fraise

Fraise de Bretagne – Photo NHU Bretagne

Mais la météo ?

Bien sûr, nous direz-vous, les conditions météorologiques en Espagne ou en Italie sont bien plus avantageuses pour ce fruit délicieux qu’en Bretagne. Mais comment expliquer alors les productions sous serre de 160 000 tonnes de la Pologne, de 154 000 de l’Allemagne, des presque 100 000 tonnes de l’Angleterre, des quelques 40 000 tonnes des Pays Bas comme de la Belgique ?

Le marché breton lui-même consomme bien plus qu’il n’en produit.

Pourquoi en importer au lieu d’en produire plus en Bretagne ?

Aujourd’hui la fraise est produite en serre dans des pays aux conditions climatiques aussi peu favorables pour la fraise qu’en Bretagne.
Alors pourquoi, même à superficie et population à peu près identiques, certains pays produisent dix fois plus de fraise que nous, en Bretagne ?

Découvrez le Musée de l’or rouge de Plougastel – http://musee-fraise.net/

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

La fraise de Bretagne

Freizh de Breizh

Lire aussi :

Breton(ne)s, soutenons notre économie bretonne en priorité.

Produit en Bretagne, une initiative unique en Europe.

Circuit court alimentaire et Mangeons local en Bretagne

Previous Face au coronavirus, la solidarité bretonne
Next D-Day, le jour du déconfinement ... bientôt !

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 316 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Le chômage en Bretagne

L’emploi en Bretagne, ou le chômage en Bretagne ? Que ce soit en français ou en breton, le chômage est un malheur. Comme sur de nombreux autres sujets, l’Europe est

Quand la Bretagne se fait un rail : droguée du train.

Quimper Brest par rail ou la gabegie d’argent public. C’est au printemps 1857 que le premier train arrive à Rennes et en 1865 il viendra jusqu’à Brest. Enfin le rail

En Bretagne, à leur ruissellement préférons notre jaillissement.

Le ruissellement vient du Haut. Parce qu’à entendre certains « bien » placés, en Haut donc, ce serait le ruissellement de ce Haut vers le Bas, qui nous sauverait. Les « premiers de

1 Comment

  1. yankee
    avril 10, 21:42 Reply

    mon grand père fût fondateur de Saveol : joseph Malléjacque

Laissez votre réponse