Exposition Henry Moore à Landerneau : derniers jours …

Exposition Henry Moore à Landerneau : derniers jours …

Derniers quinze jours pour l’exposition Henry Moore à Landerneau!

Fin septembre 2018, j’ai enfin pris le temps d’aller visiter l’exposition Henry Moore, à Landerneau. On ne présente plus la Fondation Hélène et Edouard Leclerc, qui a dépassé récemment le million de visiteurs depuis son ouverture. Je ne connais pas d’autre lieu sur la région qui ait un tel rayonnement, en termes d’importance des expositions, et de succès populaire.

henry moore

Exposition Henry Moore à Landerneau, Bretagne au FHEL

Pour ma part, il s’agissait d’une première visite, motivée essentiellement par l’œuvre de Moore, que je connaissais trop peu. Même si la curiosité pour le lieu était réelle. Joli parking dédié à proximité et lieux superbement mais sobrement restaurés, impression de propre… La première impression est excellente. A l’accueil, on refuse la carte de la maison des artistes. Ah; bon! Qu’importe, je ne venais pas chercher une ristourne, et le plein tarif (8€) est très raisonnable, par rapport aux expositions parisiennes…

Dès la première salle, on est pris par la qualité muséale de la scénographie (signée Eric Morin), et directement plongé dans les débuts de l’artiste. Un écriteau nous vante ses qualités de dessinateur. Je ne suis pas convaincu par ce qui m’est présenté. Par contre, il y a déjà quelques sculptures d’un certain intérêt spatial, et d’autres aussi, moins inspirées (peut-être dictées par la mode de l’époque)? On sent l’artiste qui se cherche encore.

J’ai parlé de salles, mais en fait, l’espace est plutôt ouvert, doucement coloré, avec des ouvertures sur le reste de l’expo. C’est agréable et aéré. Petit bémol, certaines vitrines fixées au mur empêchent de faire le tour de l’œuvre qu’elles protègent. Ce qui est dommage s’agissant de sculptures (par définition faites pour être contemplées sous tout pont de vue). C’est peut-être dû à des contraintes de sécurité ou d’espace?

henry moore

L’oeuvre du sculpteur Henry Moore exposé au FHEL de Landerneau en Bretagne

Petit à petit, l’artiste s’affirme, gagne en originalité, en authenticité.

Son vrai domaine, c’est le personnage (généralement couché) stylisé à la limite de l’abstraction, ou la forme abstraite pure. C’est plutôt massif, rond, mais en même temps vivant, habité, parfois évidé. Une sorte de « Barbapapa » élégant, si je peux me permettre l’expression. La partie finale, ainsi que les oeuvres disséminées dans la cour et dans la ville fond la part belle à ce style organique, de plus en plus monumental.

C’est aussi ce que j’ai préféré, même si la pluie abondante ce jour là (enfin!), a rendu l’exercice moins aisé, il en aurait fallu davantage pour me décourager. Surtout que je venais de me régaler d’un plat de poisson simple et raffiné dans le petit restaurant à proximité.

Informations

Fonds Hélène & Edouard Leclerc pour la Culture
aux Capucins
29800 Landerneau

tél +33 2 29 62 47 78

contact@fhel.fr

Horaires:
10 Juin 2018/04 Novembre 2018, ouvert tous les jours de 10:00 à 18:00
www.fonds-culturel-leclerc.fr
Photos Joël ROUXEVILLE

henry moore

A Landerneau, Bretagne, les oeuvres de Henry Moore s’exposent également en extréieur

Précédent République et Démocratie dans un état unitaire centralisé.
Suivant Crit'Air, ou quand le monde rural finance la pollution urbaine

A propos de l'auteur

Gaël ROUXEVILLE
Gaël ROUXEVILLE 2 articles

Né à Lorient en 1970, Gaël y fonde son cabinet de design en 1997. La sculpture le révèle alors au grand public, qui apprécie son style pur et organique, né de la "courbe vivante". Son parcours inhabituel le mène ensuite à l'ébénisterie, enrichissant son oeuvre artistique d'autres savoirs-faire...

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Bretagne sauvage, des images à couper le souffle

Triskell – Bretagne sauvage. Un documentaire sur la nature bretonne. Il y a trois ans naissait le projet « Triskell – Bretagne sauvage ». Quatre jeunes réalisateurs de documentaire, passionnés de nature

Heureux en Bretagne ?

Serait-on plus heureux dans les petits pays ? Une étude très sérieuse vient d’être publiée de l’autre côté de la grande flaque d’eau sur notre ouest que d’aucuns nomment Atlantique.

La Côte de Granit Rose en Bretagne, un petit Paradis caché.

Août 2016, peu de temps après mon arrivée en Bretagne, je suis curieuse. Je cherche alors de nouveaux sites à visiter dans ma belle région d’adoption, heureusement tout est plus

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire