Une usine à galets existait en Bretagne : découvrez la !

L’usine à galets ?

C’est à Tregeneg (Tréguennec) en Cornouaille bretonne que se trouve cette étrange vestige d’une usine de concassage de galets. On est ici à Prad ar C’Hastell en plein Pays Bigouden, non loin de la très réputée Pointe de la Torche (Beg an Dorchenn).

Cette zone est unique en Europe. En effet il s’agit d’un des plus longs cordons de galets d’Europe. Sur une dizaine de kilomètres, au fond de cette sublime Baie d’Audierne, se sont amoncelés au fil du temps des quantités incroyables de galets polis charriés par l’Océan Atlantique. Ainsi que des dunes de sable fin et des étangs paradis ornithologiques.

Origine de l’usine de concassage de galets.

En fait ce sont les Allemands qui construisent cette importante usine dès 1943. Des ouvrages imposants et très efficaces pour concasser des milliers de tonnes de galets naturels et en faire des matériaux de construction des ouvrages du Mur de l’Atlantique. Près de douze kilomètres de voie ferrée furent également construits pour acheminer les matériaux finis. D’abord jusqu’à la gare de Pon’t Abbad (Pont l’Abbé). Puis la gare de Kemper pour être ensuite transportés plus largement en fonction des besoins.

Des estimations réalisées récemment font penser que le prélèvement global de galets fut d’environ un million de tonnes. A la fin de la guerre, les Allemands quittent la zone en laissant un stock considérable de galets et de matérieux non acheminés. Il faut rebâtir Brest et quatre sociétés privées se proposent pour reprendre l’activité. Dont trois bretonnes et une parisienne. On vous laissera deviner laquelle le Mininstère de la reconstruction choisira.
Jusqu’au début 1948, les stocks allemands seront concassés.
Puis l’usine fermera définitivement.

Sources

www.treguennec.fr
Images The Blind Seagull sur Facebook @thebleindseagull et sur YouTube

Précédent Et si le Moscou Paris était en fait le Moscou Ouessant ?
Suivant BreizhOdyssée, un projet pour diffuser l’Histoire de Bretagne.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Philippe MANGUIN, Photographe en Bretagne

Philippe MANGUIN ou l’amour de la photographie et de la Bretagne Philippe MANGUIN est un des six Photographes de BreizhScapes. Ce collectif de Photographes bretons qui vous régalent à longueur d’année

Serj PHILOUZE, Photographe en Bretagne

Serj, la danse, la musique et la Bretagne Longtemps j’ai vécu loin de ma contrée natale et c’est pourtant plus à l’est du soleil couchant que j’ai commencé très tôt à pratiquer

Nalofoto, le Photo-marcheur du Cap Fréhel !

On peut magnifier la Bretagne par le mot, mais on peut aussi le faire par l’image. Loic GUILLET alias Nalofoto. J’habite au Cap Fréhel depuis une dizaine d’années. J’ai choisi

1 commentaire

  1. Jean22
    octobre 22, 08:08 Répondre
    Bonjour, Intéressé par le concasseur, j'ai essayé de le situer sur une carte. Malheureusement, "Prad ar C'hastell" existe bien, mais à Plomeur, plutôt loin de la mer. Heureusement, vous indiquez vos sources et le site de Trégennec donne, lui, "Prat ar hastel", et le géoportail est d'accord. Cdt

Laissez un commentaire