Les marches de Bretagne, nos frontières est.

Les marches de Bretagne, nos frontières est.

Les marches de Bretagne, une zone tampon entre deux pays trop souvent en guerre.

Les premières Marches de Bretagne sont une zone tampon sous administration militaire. Comprenant tout l’est de la Bretagne et le Pays de Rennes. Également le Pays de Nantes et une partie orientale du Vannetais. Et même une partie du Maine. Finalement intégrée au Royaume de Bretagne par Nominoë et ses successeurs, une seconde zone plus large encore à l’est et maintenant bien hors des limites de la Bretagne, est établie avec la totalité du Maine, la Touraine et l’Anjou.

Les Marches de Bretagne, zone tampon de protection entre deux états souverains

Bretagne et Marches de Bretagne

Trois traités (Louviers en 856, Entrammes en 863 et Compiègne en 868) accordent aux souverains de Bretagne Erispoë et Salomon l’Avranchin et le Cotentin en Normandie; et les premières marches jusqu’en 937 où les limites de la Bretagne reviendront quasiment à celles d’aujourd’hui.

La Bretagne a en effet été bien plus vaste à cette période qu’elle ne l’est aujourd’hui.

L’Europe a toujours subie au cours des siècles passés des découpages permanents au fil des guerres et des annexions, des mariages arrangés et de la diplomatie officielle. Pourtant, la Bretagne fut, durant le dernier millénaire, parmi les rares territoires européens à voir se modifier sa carte géographique. Ceci s’explique au moins par deux bonnes raisons : d’une part l’habileté politique de nos Monarques sachant louvoyer habilement entre les deux ennemis principaux que sont l’Angleterre et la France. Puis  sa situation géographique et physique de péninsule entourée d’eau salée sur trois de ses façades, ce qui fixe absolument ses frontières sur cette majeure partie de ses contours. Seul un côté, la frontière de l’est, pouvait de fait évoluer au cours du temps.

La Bretagne, terre de châteaux.

C’est sans doute dans cette zone des Marches de Bretagne que se situent les plus imposants châteaux forts du pays. De part et d’autre de la frontière d’alors, ont été construit des dizaines de châteaux forts destinés à garder les frontières et à démontrer sa puissance militaire face à l’ennemi.
Retrouvez-en, de ces magnifiques châteaux, dans la galerie photo que NHU Bretagne leur consacre.

Présentation de l’ouvrage « Les Marches de Bretagne » de René CINTRE en vidéo.

Précédent La sécheresse aux portes de la Bretagne
Suivant Oiseaux des côtes bretonnes : les connaissez-vous ?

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Tro Breiz

« Le Tro Breiz n’est pas un lieu à gagner, c’est une boucle à boucler«  La Bretagne a été peu à peu christianisée vers les Ve et VIe siècles. Surtout par

Les Bretonnes et les Bretons sont nuls en anglais

Selon une récente enquête publiée par Education First, nous sommes nuls en langue anglaise. Education First, un des leaders internationaux de l’enseignement des langues, publie régulièrement son indice annuel de

Montagnes sacrées de Bretagne : Ar Menez Hom

Elles sont au nombre de sept, nos Montagnes Sacrées en Bretagne. Le Mont Saint Michel, de Normandie aujourd’hui, fut il y a très longtemps en Bretagne. D’où sa présence dans

3 commentaires

Laissez un commentaire