Lucky Luke parle breton plus vite que son ombre

Lucky Luke, le célèbre cow-boy de Morris et Goscinny, maintenant en breton.

Notre héros du far-west a déjà été doublé dans de nombreuses langues dans le monde. Maintenant Brezhoweb, la chaîne télé internet en brezhoneg nous l’offre en breton. Plus exactement dans une série de petits films.
Ainsi le premier des treize épisodes est diffusé aujourd’hui. Ensuite il restera accessible gratuitement en ligne en vidéo pendant six semaines. Donc jusqu’au 18 Mai. Puis les douze autres épisodes seront diffusée à raison d’un chaque Samedi.
Vous pourrez les retrouver groupés sur une page Brezhoweb dédiée à ce héros de bande dessinée.

Alors, brittophones ou pas, abonnez-vous à la chaîne télé Brezhoweb sur Internet.

Alors voici les treize titres :

  • Rodig Indian.
  • Ar bizoned diwezhañ.
  • Teñzor ar re Dalton.
  • Sklerijenn er C’hornôg.
  • Lucky Luke a-enep Lucky Luke.
  • Ar re Dalton a-enep Sherlock Holmes.
  • Na Dalton na mest.
  • Liki Liki.
  • An heritourien.
  • An den nij.
  • Fort custer.
  • Nedeleg ar re Dalton.
  • Evit un dornad Daltoned.
Précédent Des lunettes bretonnes made in Naoned
Suivant Dublin: une peinture encadrée en breton

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 221 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Politikos à Rennes, le festival politique qui nous coûte un pognon de dingue

Politikos, le premier festival international du film politique imposé par Paris à Rennes et à la Bretagne. La nouvelle vient de tomber : Rennes devra organiser Politikos. Organiser et payer.

Les vents interdits de Bretagne.

Parmi les vents, tu connais le mistral et la tramontane, mais pas le gwalarn et le suroît. Tu connais bien sûr le nom de certains vents qui soufflent à mille kilomètres de

Vu des « provinces » : le suprémacisme de la langue française.

Les mots ont un sens, et il ne faut pas en avoir peur. Et très souvent, une certaine (bien)pensance s’emploie à caractériser tel ou tel mot dans un cadre étroit.

1 commentaire

Laissez un commentaire