✅ Gestion économique de la crise Covid, par David CAYLA

✅ Gestion économique de la crise Covid, par David CAYLA

Je pense que tout le monde a compris que la gestion sanitaire de la pandémie de Covid par le gouvernement a été extrêmement laborieuse pour être charitable.

Mais qu’en est-il de sa gestion économique et de ses conséquences?

Le déconfinement s’est transformé en reconfinement. C’était prévisible: l’évolution épidémique était dans les chiffres hospitaliers du mois de septembre.
Mais cela n’a pourtant pas été envisagé en haut lieu et on constate la même impréparation économique.

david cayla

Taux de reproduction Covid19 – David CAYLA

Après le confinement le pari du gouvernement était une reprise spontanée et rapide de l’économie une fois les contraintes sanitaires levées. Les ménages avaient épargné durant le confinement, ils allaient consommer en masse et relancer l’activité.

 

david cayla

Macron accélère le déconfinement et promet de tirer les « leçons » de la crise – Le Soir

 

Une « première victoire »… qui n’a pas duré!

Dès que le déconfinement s’est accéléré, la contagion a repris de plus belle et le R (taux de reproduction du virus) est repassé au-dessus de 1.

Mais il fallait que les Français dépensent et prennent des vacances pour préparer le plan de relance. Pendant cette période le gouvernement a voulu tourner la page Covid.
Bruno Le Maire annonce que la « dette Covid » serait cantonnée. Et les réformes engagées avant la crise sanitaire (retraite, chômage…) sont remises en chantier.

 

david cayla

Budget : Bruno Le Maire annonce un traitement à part de la « dette Covid » – Challenges

 

Bref, retour à la normale.

À la rentrée, la stratégie c’était le déni du Covid. Le fameux plan de relance ne comportait AUCUNE création d’emploi. Malgré le Ségur, on poursuivait les fermetures de lit. Les jeunes diplômés qui trouvaient porte close sur le marché du travail, ce n’était pas un problème.
En Septembre, le gouvernement annonce un plan de relance en trompe-l’œil. 100 milliards en deux ans, largement consacrés non pas à augmenter l’activité productive par la commande publique, mais à améliorer la compétitivité des entreprises en baissant leurs impôts.
Pour le volet activité, le gouvernement comptait sur les dépenses des ménages dont il pensait qu’ils allaient liquider leur épargne accumulée au printemps pendant la période des fêtes.
Sans voir que sur le plan sanitaire, la situation était en train de déraper totalement.

Pendant deux mois le gouvernement est dans un double déni.

  • Déni sanitaire alors que les chiffres s’affolent et que la croissance de l’activité covid des hôpitaux croît de 30% par semaine.
  • Déni économique en faisant le pari d’un rapide retour à la normal.

Or, rien n’est normal dans la situation économique depuis mars dernier. Rien ne reviendra à la normal.

Vous avez aimé les vagues de Covid et les joies des exponentielles? Vous allez adorer le Tsunami de faillites et ses effets en cascade.

Explications.

Beaucoup de gens se demandent pourquoi, depuis six mois, malgré un effondrement de l’activité économique, on ne voit pas le chômage exploser ni les faillites se multiplier. Pourquoi la bourse semble tenir, pourquoi aucune banque n’a fait faillite?
En fait, quand on regarde les chiffres, il y a une sorte de paradoxe inexplicable. Depuis le mois de mars, on constate un effondrement du nombre de faillites par rapport à une année normale.

david cayla

Nombre de procédures ouvertes entre 1er Janvier et 30 Septembre – Source BODACC

Ce phénomène s’explique très bien.

Pour faire faillite, une entreprise doit réunir les deux conditions suivantes:

  • Avoir une dette supérieure à son patrimoine.
  • Ne plus pouvoir payer ses factures.

La première condition reflète un problème de solvabilité, la seconde de liquidité.
En général quand une entreprise n’est plus solvable, elle finit assez vite par ne plus avoir accès à la monnaie une fois que sa trésorerie tombe à zéro, car aucun organisme de crédit ne souhaite prêter à une entreprise non viable

david cayla

Le PGE Prêt Garanti d’État et la crise économique du Covid19 – David CAYLA

Le PGE pour Prêt Garanti par l’État …

Mais avec le Prêt Garanti par l’État (PGE), et le chômage partiel, les entreprises n’ont plus du tout intérêt à faire faillite et peuvent facilement l’éviter.
Le chômage partiel permet à toute entreprise de continuer de payer ses salariés. Avec le PGE elle repousse sa faillite.
Quand une entreprise non viable économiquement parvient à poursuivre son activité et repousse indéfiniment sa faillite en recourant à l’emprunt on dit qu’il s’agit d’une « entreprise zombie ». Morte sur le plan économique, mais vivante sur le plan administratif.

 

david cayla

La crise économique Covid19

 

Le PGE s’est traduit par un phénomène relevé par la Banque de France.

Entre Février et Juillet 2020, la trésorerie des sociétés non financières a augmenté de 170 milliards d’euros, et leur endettement s’est accru de 175 milliards (7)
Autrement dit, le PGE a permis de maintenir de nombreuses entreprises en survie artificielle et donc de leur a permis de distribuer des salaires via le chômage partiel.
Il y a donc non seulement des entreprises zombies, mais surtout des centaines de milliers d’emplois zombis.
Durant sa phase de déni, en septembre-octobre, le gouvernement a semble-t-il, décidé d’accélérer la distribution de PGE, espérant sans doute que les morts allaient se relever grâce à la consommation des ménages.

david-cayla

Trésorerie et endettement – David CAYLA

Une anecdote à ce sujet.

J’ai une amie qui a racheté un magasin de fleurs en décembre 2019. Évidemment sa boutique a été très durement touchée par le confinement du printemps. En juin, elle fait une demande de PGE qui lui est refusée car son entreprise a moins d’un an d’existence.
L’été passe et sa situation ne s’améliore pas. Malgré un été plutôt bon sur le plan commercial, son entreprise de deux salariés n’est pas rentable. En octobre, elle doit se mettre en cessation de paiement.

Et voilà que son banquier l’appelle pour lui proposer un PGE.

Car les banquiers ont intérêt à distribuer des PGE. En cas de non remboursement, c’est l’État qui paie. Et tout PGE permet d’engranger des intérêts et une commission. Les conseillers bancaires sont incités à en refiler le plus possible pour toucher une prime de fin d’année.
Voilà comment le système bancaire se met à prêter à tour de bras à des entreprises non solvable avec la bénédiction de l’État et la bénédiction des contribuable.

Cette logique ne vous rappelle rien?

Mais si! C’est le retour des subprimes!

Cette fois-ci le risque n’est pas assumé par les opérateurs des marchés financiers (qui seront ensuite sauvés par l’État), mais par l’État directement.
Le PGE est en train de créer une énorme bulle de faillites à retardement. Car dès que ce dispositif sera arrêté, toutes les entreprises zombies vont soudainement se retrouver en cessation de paiement.
Ça, c’était la situation fin octobre, le résultat du premier confinement.
Vous ajoutez là-dessus un deuxième confinement et une nouvelle de vague épidémique qui promet d’être plus longue et plus forte que la première. Et tout cela pendant la période des fêtes. Visage hurlant de peur.

Concrètement que va t-il se passer dans quelques mois?

Dès que le chômage partiel et le PGE cesseront, on va se retrouver avec un mur de faillites et de destructions d’emplois. Il faudra restructurer tout le secteur productif et faire disparaître les 100ks d’emplois zombis.
Le problème c’est que ça va prendre des mois. Les tribunaux de commerce vont être totalement embouteillés. Une procédure de faillite c’est long, cela demande de passer devant un juge, de solder toutes les dettes. Les arbitrages sont complexes.

Or, tant que la faillite n’est pas prononcée, on ne peut pas calculer les pertes.

Car les pertes ne reposeront pas que sur l’État. Il y a les dettes fournisseurs, les dettes de loyer, les dettes bancaires classiques. Tout le monde va se retrouver avec des pertes imprévus.
Certaines entreprises qu’on croyait solides vont se révéler être zombie. Et des actifs qu’on pensait posséder vont soudainement se retrouver sans valeur.
A mesure que les procédures de faillite vont s’enchaîner, de nouvelles pertes vont apparaître dans des entreprises solvables.

Le processus de découverte des pertes durera des mois. Des sociétés immobilières vont voir disparaître leurs loyers commerciaux; des salariés vont se retrouver au chômage, des fournisseurs ne récupéreront pas leur argent.
Et les banques, bien sûr, vont accumuler des pertes.

Poursuivez votre lecture sur le Twitter de david CAYLA

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

David CAYLA a écrit Populisme et Néolibéralisme.

Sous titré : Il est urgent de tout repenser
Éditions De Boeck Supérieur

David Cayla

Populisme et néo libéralisme, il est urgent de tout repenser de David Cayla aux Éditions de Boeck Supérieur

Previous ✅ Lettre d'un "Provincial" aux Parisiens, de Michel FELTIN-PALAS
Next ✅ Les îles de Bretagne : tout savoir ... ou presque !

Á propos de l'Auteur

David CAYLA
David CAYLA 1 posts

Enseignant-chercheur en économie, Université d'Angers. Membre du CA des Économistes Atterrés.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

En Bretagne, l’ubérisation des banques en test.

L’ubérisation des banques en Bretagne. Selon le quotidien Les Échos, la Caisse d’Épargne se prépare à mener des tests d’ubérisation de ses services en Bretagne. Les services publics disparaissent de

✅ Jaunisse de la betterave sucrière : des alternatives aux néonicotinoïdes existent

En Bretagne, une solution aux néonicotinoïdes : des productions déconcentrées. Le lancement du projet Breizh sukr en 2014 : une mini-sucrerie bio en Bretagne pour une production déconcentrée. En 2014

Brexit anglais et Bretagne oubliée par Bruxelles et Paris

Ah le Brexit ! Reprenons très rapidement le cours des évènements. Les Brittaniques ne veulent plus de cette Union Européenne et votent démocratiquement pour en sortir. L’Irlande, île voisine de

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse