Changement d’heure : Molène et heure solaire

L’heure solaire à Molène, ou comment chercher midi à quatorze heures.

Heure solaire : deux fois par an, depuis 1976, on nous impose de changer d’heure. Tantôt on en ajoute une, et tantôt on en enlève une. Cela par rapport à l’heure naturelle qui nous est indiquée depuis la nuit des temps par l’astre solaire. Et sachant que nous sommes déjà de base avec une heure de plus que celle du soleil. En fait simplement parce que l’Hexagone fonctionne en fuseau horaire GMT+1. Quand nous, en Bretagne, devrions être en heure GMT (Greenwich Mean Time ou Temps Moyen de Greenwich). D’où cet écart de luminosité de près d’une heure entre les villes françaises de Lyon ou Strasbourg et les villes bretonnes de Nantes ou Brest, par exemple.

Située à l'ouest du méridien de Greenwich, la Bretagne devrait être en heure GMT

La Bretagne est à l’ouest du méridien de Greenwich

Bref, en hiver la Bretagne est décalée d’une heure par rapport au soleil. Durant cinq mois, et en été de deux heures pendant sept mois.
Ce décalage contraint et forcé par l’administration n’a plus aucun bénéfice économique reconnu. Il entraîne par contre des désagréments sur notre santé et notre bien-être quotidiens. Chez certaines personnes, cela peut provoquer des troubles de l’endormissement, de l’attention. Également des troubles de l’appétit, une baisse de la capacité de travail et des sautes d’humeur.

La Bretagne à l’heure irlandaise

Depuis des milliers d’années, notre organisme, notre métabolisme s’est imprégné de l’heure solaire. Et depuis quarante ans, nous devons subir un décalage à géométrie variable, deux fois par an. Vous avez cinquante ans ! Votre organisme et votre horloge biologique ont déjà subi près de quatre vingt séances de maltraitance.
La Bretagne, très à l’ouest de l’Europe, est sur le même fuseau GMT que le Portugal, l’Irlande, le Pays de Galles, l’Ecosse et l’Angleterre. Et ces cinq autres nations affichent une heure de moins que la Bretagne.
Seule une partie des habitants de l’Ile Molène refuse ces changements d’heure imposés et continuent de vivre à l’heure du soleil.

Contenu texte libre de copie et de diffusion sous condition de mention de la source d’origine, soit www.nhu.bzh
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs

Précédent La Bretagne, puissance économique
Suivant En Bretagne, il faut reconstruire des talus

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 179 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Le Livre Blanc de l’Unité Bretonne, à lire absolument.

Les interviews de NHU Bretagne. Interview de Yvon OLLIVIER pour Le Livre Blanc de l’Unité Bretonne. Bonjour Yvon OLLIVIER, et merci de nous recevoir pour parler du Livre Blanc de

Minority Safepack : tu signes ou tu te tais à jamais !

NHU Bretagne est votre plateforme participative bretonne et citoyenne. Nous retranscrivons ici, dans nos colonnes, le poste d’un internaute déniché sur Facebook. Et avec son autorisation bien sûr, nous vous

Bretons From Abroad, Bretons de l’étranger : se connecter au monde.

Bretons from abroad, pour connecter la Bretagne au reste du monde grâce aux Étudiant Imaginez un réseau de plus de 200 000 Bretons à l’étranger. Répartis dans la plupart des

6 commentaires

  1. Janick GARY
    octobre 28, 22:46 Répondre
    Toujours la nostalgie de Molène et de son heure solaire depuis longtemps...
  2. Carlas
    octobre 30, 17:18 Répondre
    Y a-t-il d'autres endroits en France qui vivent à l'heure solaire, je suis prête à y emménager...
    • La Rédaction
      octobre 30, 22:41 Répondre
      En Bretagne, c'est le seul, ou plutôt c'était, le seul endroit à notre connaissance. Mais cette bonne habitude se perd d'année en année, même sur Molenez. En France, nous ne savons pas. Merci de votre commentaire et de nous suivre.
  3. islander
    février 08, 21:25 Répondre
    Nous somme ravis d'apprendre que nous ne sommes pas les seuls irréductibles qui refusent le régime d'heure aberrant de Paris. De retour des DOM, où nous avions passé des années à vivre à l'heure du soleil, nous n'arrivions plus à accepter cette sorte de diktat. Du plein soleil à 10H du soir, quelle mauvaise farce ridicule !! Mais qui y croit ? 95% de Français... Nous avons donc placé des repères pour détecter le point le plus haut du soleil, et nous avons réglé nos horloges dessus, celles qui nous servent pour la vie courante, notre rythme biologique (principalement le midi). C'est un peu contraignant, mais nous ne saurions plus accepter que le gouvernement impose ce diktat à notre intimité. Pour 99,9999 % des Français, c'est bien le cas. Pour répondre à Carlas, vous n'avez nul besoin d'aller vivre dans un endroit particulier. C'est une question de volonté. Nous avons constaté que la plupart des Français ont oublié le problème de l'heure 15 jours après le changement, ce qui en fait selon nous des conformistes notoires, bien qu'aimant se plaindre. Mais nous avons trouvé quelques astuces pour faciliter la cohabitation avec l'heure gouvernementale. Comme l'usage de deux horloges. (il nous répugne de parler d'heure légale, en matière d'heure il nous semble que la nature est seule compétente et fait la loi, l'heure de la loi est ainsi pour nous l'heure solaire)
    • La Rédaction
      février 08, 22:29 Répondre
      Merci beaucoup pour ce retour d'expérience et ces conseils. Vive le soleil.

Laissez un commentaire