François PINAULT, Ponant et Bro Gozh Ma Zadoù en Islande.

François PINAULT, Ponant et Bro Gozh Ma Zadoù en Islande.

Une grande première en Islande …

Le Mardi 10 Juillet, il s’est passé un évènement en Islande. Un événement très particulier et important pour la Bretagne.
Plus précisément dans le port de Hafnarfjörður. En effet a compagnie de paquebots de luxe Ponant, y a baptisé Le Lapérouse, denier né de sa flotte. Ce tout nouveau paquebot de la compagnie appartenant à l’homme d’affaires breton François PINAULT depuis 2015 a été en effet finalisé dans cette île dynamique.

Gwenn ha Du et Bro Gozh.

Ainsi, ce somptueux navire de croisière de grand luxe de cent cinquante mètres de long arborait le Gwenn ha du à la proue lors de son baptème islandais. Par ailleurs, c’est l’hymne national breton, le Bro Gozh Ma Zadoù, qui fut interprété par le bagad de Lann Bihoue. Puis chanté par la chanteuse Bleuwenn MEVEL.
Jusqu’en Islande, et à l’occasion d’événements officiels en tous genres, le pavillon et l’hymne national bretons deviennent de plus en plus courants.
Le Président de la compagnie Ponant, Jean Emmanuel SAUVEE, a rappelé les racines de la célèbre compagnie : « Nous sommes nés en 1988 à Nantes en Bretagne« . La marraine du baptême du Le Lapérouse est Madame PINAULT. L’épouse du propriétaire breton François PINAULT.

D’autres luxueux paquebots à suivre pour la compagnie Ponant …

« C’est un Breton … quand il veut quelque chose ! » disait à propos de François PINAULT un de ses proches. Cinq paquebots-yachts de cette même série Explorer seront lancés en 2019 et 2020. Et tous seront achevés aux chantiers islandais de Vard. Ainsi, le personnel embarqué passera de neuf cent marins à plus de deux mille.

Également un autre projet est toujours dans les cartons. Il s’agit d’un paquebot-yacht océanique de grand luxe à voiles de deux cent quarante mètres. Des essais de ces voiles révolutionnaires seraient actuellement en cours aux Chantiers de l’Atlantique de Saint Nazaire dans le sud Bretagne. Sans parler du premier paquebot brise glace du monde. Navire qui permettrait des explorations extrêmes pour un tourisme international très haut de gamme.
Mais cela est-il pertinent, voire acceptable ? Quand on sait aujourd’hui toutes les contraintes que l’Homme fait déjà subir à cet environnement très fragile.
N’oublions pas de citer le bureau d’architecture marine Stirling Design International, lui aussi breton. Nantais plus précisément.

Sources : www.ponant.com  et www.meretmarine.com, le site de référence quand on parle de maritime.
Photos © Mer et Marine – Vincent GROIZELEAU.

Précédent Après Croatie-France, à quand une finale Catalogne-Espagne ?
Suivant Participez, vous aussi, à l'inventaire des pardons de Bretagne.

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 220 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

La Bretagne, l’autre pays du whisky

En Europe, quand on parle de whisky, on imagine immédiatement les îles occidentales d’Écosse ou les landes d’Irlande. Ces deux pays celtiques se disputent un peu et depuis longtemps le

En Bretagne, il faut reconstruire des talus

Les talus ont façonné pendant très longtemps la Bretagne. Beaucoup se rappelleront des paroles de la chanson de Gilles SERVAT, Madame la colline, dans laquelle il décrit les dommages qui suivent la

L’économie verte en Bretagne

Les Irlandais pratiquent l’économie verte. Pourquoi pas nous, en Bretagne ? Depuis les années cinquante, on nous a conseillé de pratiquer des productions de masse en Bretagne. Et on nous

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire