✅ La liberté avant tout, ou ne plus être les supplétifs des autres

✅ La liberté avant tout, ou ne plus être les supplétifs des autres

La liberté avant tout !

L’autonomie est une exigence première en ce qu’elle conditionne tout.
L’individu autonome est libre de penser, de décider et d’agir conformément à ses intérêts, à l’opposé des personnes placées sous tutelle, comme les alcooliques profonds, ou les grabataires.
Il en va de même pour les peuples. Il en est sous tutelle lorsque d’autres décident d’eux-mêmes et de leur avenir.
Plus largement, il s’agit du fondement des lumières. Il n’y a pas de démocratie sans la croyance en la capacité des hommes et des peuples à se choisir, à se déterminer librement et à en assumer la responsabilité.

La liberté est donc une exigence première et fondatrice.

Elle seule nous permet de construire. Il me revient une phrase anodine mais au combien signifiante, captée au détour d’une conversation, il y a fort longtemps, avec un cadre de l’UDB Union Démocratique Bretonne : « l’autonomie n’est pas une fin en soi ». Il était plus important de se situer politiquement sur l’échiquier politique et bien sûr à gauche.
Cette phrase anodine vient éclairer des années d’asservissement des partisans de la cause bretonne.
Dire que l’autonomie n’est pas une fin en soi, nous condamne à demeurer longtemps les supplétifs de toutes les grandes formations parisiennes, de droite ou de gauche, et qui excellent dans l’art consistant à incorporer des figures régionalistes bretonnes, juste avant les élections régionales.

« Celui qui ne sait voir dans la liberté autre chose qu’elle-même, est fait pour servir » disait Tocqueville.

Alors nous servons … Et nous rejoignons les listes des formations politiques parisiennes pour leur donner de belles couleurs bretonnes.
Bien sûr, cela n’influera jamais sur l’essentiel de la politique suivie par ces partis parisiens, qui se contrefichent superbement de la défense des fondamentaux bretons. Il suffit de regarder la responsabilité du Parti Socialiste dans le refus de la réunification de la Bretagne. Également le naufrage de la politique linguistique actuellement menée. Encore la disparition assumée de notre maritimité, et l’absence de toute prospective économique.

 

hong-kong

« Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir » – Tocqueville
A Hong Kong comme en Bretagne

 

Supplétif ! Mais n’est-ce pas le produit de notre histoire ?

Nous avons été, peut-être, les meilleurs supplétifs des Romains. Puis longtemps nous sommes demeurés les supplétifs de l’Eglise catholique, et parmi les plus nombreux. Ensuite, nous avons été encore les supplétifs de la colonisation française, tout en figurant aussi au nombre de ses premières victimes. Enfin, nous sommes à présent les dévoués supplétifs des formations politiques parisiennes.

Ca fait beaucoup pour un peuple !

Dire que l’autonomie n’est pas une fin, nous condamne aux interminables querelles idéologiques et à la sortie de l’Histoire, lorsque partout en Europe les peuples asservis relèvent la tête.
Si nous persistons dans cette voie, longtemps nous déplorerons ce curieux paradoxe qui fait qu’en Bretagne, tout le monde ou presque est régionaliste, mais qu’aucune des politiques suivies par le Conseil régional ne l’est.
Ceux qui décident à la région ne sont que les relais locaux du système politique français, dont l’âme est centralisatrice et fondamentalement hostile à ce que nous sommes.
Je me demande même si ce type de positionnement banalisant l’autonomie n’est pas le produit d’une colonisation jamais véritablement affrontée.

La France aurait donc réussi le prodige de tuer en nous l’instinct de liberté ?

Durant toutes ces années, on a oublié que nous avions été colonisé et que le colonisateur -la République- n’a jamais reconnu sa faute.
Avec l’UDB, je suis d’accord sur tout, sauf sur l’essentiel consistant à ne jamais transiger avec la liberté.
Cette élection régionale pouvait être le lieu de l’affirmation d’une large coalition politique autonomiste.
Ce ne sera pas le cas.
J’espère simplement que les Bretonnes et les Bretons ne nous en tiendront pas trop rigueur et que l’autonomie politique ne perdra pas toute crédibilité à leurs yeux.

autonomistes, liberté avant tout

Carte de Bretagne – Trompés trop souvent, il ne reste qu’une seule voie …

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

La Statue de la Liberté bretonne.

Bronze de 2,90 mètres copie de l’originale de New York, oeuvre du sculpteur Auguste Bartholdi. Cette Liberty Enlightening Brittany se trouve au centre de Gourin, au centre de la Bretagne. Elle a été financé sur la plateforme de financement bretonne Kengo par des dons de Bretonnes et de Bretons surtout, et également de nombreux étrangers dont nord américains.
Pour celles et ceux qui méconnaissent encore l’Histoire de Bretagne, la misère du Kreiz Breizh de la fin du 19e siècle poussa près de sept mille personnes à traverser l’Atlantique pour chercher une vie meilleure. Leurs descendants sont nombreux sur la côte est des États Unis et au Québec.
Cette opération a été mené par l’Association Bretagne TransAmerica (www.bretagnetransamerica.com)

 

la liberté avant tout

Carte de Bretagne – Gourin

Lire aussi.

Ce pays est au bout du rouleau … par Alain GLON.

La crise du Covid est révélatrice de l’obsolescence de la Ve République

La trop molle présidence de la Région Bretagne.

Previous ✅ Défis pour la Bretagne de Yves Lebahy
Next ✅ Les vents interdits de Bretagne : tu connais leur mistral, pas ton gwalarn.

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 20 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Eh non, notre Vallée des Saints n’est pas à Paris, ne vous en déplaise !

La Vallée des Saints est en Bretagne et cela semble déranger. Jean Marc HUITOREL serait critique d’art. Il vit à Rennes en Bretagne orientale, mais c’est à un média parisianiste

La légende arthurienne de la Bretagne

Précisément, Arthur naît dans un contexte qui rappelle énormément celui de la légende arthurienne ! La légende arthurienne … Selon celle-ci, le roi Arthur, qui aurait vécu au tournant des

Un statut de résident pour la Bretagne ?

Le statut de résident. Quand on évoque le statut de résident dans l’Hexagone, il y a deux points qui reviennent le plus souvent. D’abord, c’est un sujet corse. En effet,

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse