Le pouvoir central est condamné à se radicaliser … et à disparaître !

Le pouvoir central est condamné à se radicaliser … et à disparaître !

Se radicaliser et disparaître … en 2019 ?

Se radicaliser serait donc le choix fait au palais.
L’Hexagone, depuis trop longtemps, est surtout malade d’une hyper-centralisation. Les démocraties occidentales donnent des pouvoirs et des autonomies de décisions à leurs territoires et à leurs Citoyens. Que ce soit au Royaume Uni où l’Écosse, le Pays de Galles et même les Cornouailles sont respectés en tant que nations par le pouvoir londonien. Il en est de même dans tous les pays du nord de l’Europe. Ainsi le grand ensemble allemand est organisé en länder autonomes. Mais cette organisation décentralisée respectueuse du Citoyen est également efficace en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suisse bien sûr …

L’une et indivisible.

L’Hexagone, lui, est globalement resté arc-bouté sur le principe de méfiance au lieu de l’être sur celui de la confiance et du respect. Cette vieille France s’est auto-proclamée « une et indivisible » le 25 Septembre 1792. Et depuis 226 années, alors que le monde a totalement changé, ce repli sur soi reste d’actualité à Paris.

Les Citoyens du XXIe siècle ne sont plus les mêmes …

Depuis plus de deux siècles, un pouvoir central parisien dicte, souvent de façon autoritaire, son bon-vouloir à ses sujets. Nulle part en Europe, un chef d’état et un gouvernement n’exercent à ce point sous les ors de sa république. C’est aussi en Hexagone que des préfets nommés par le pouvoir central ont tous pouvoirs sur les décisions des responsables, eux élus par le peuple. L’Hexagone a l’administration la plus importante et la plus procédurière d’Europe. Voire du monde. Tout cela s’explique par une manque absolu de confiance du pouvoir central vis-à-vis des Citoyens.
Mais les Citoyens de 2018/2019 ont décidé de ne plus subir.

Le pouvoir central est donc condamné à se radicaliser.

Au moins pour deux raisons dans le contexte actuel : Bruxelles et Paris.
Bruxelles est le siège de l’UE Union Européenne. Une machine complexe ayant entraîné vingt huit états de l’Europe dans une aventure économique et financière. Ou une machine à broyer du Citoyen pour en retirer par tous les bouts le substantifique pognon. Le président et son gouvernement temporaires basés à Paris ont été nommé par l’UE pour remplir des missions précises. Et ils ont un délai imparti de cinq années pour faire le job.

Paris est le siège de cette république « une et indivisible ».

La trop grande majorité de nos auto-proclamées « élites » sont formatés dans quelques vieilles écoles dites prestigieuses. Dont les vieux programmes poussiéreux assènent en permanence cette suprématie d’une capitale sur « ses provinces ».
Ces deux pouvoirs s’additionnent parfois. Surtout pour le pire.
Et aucun de ces pouvoirs si lointains des Citoyens ne voudra lâcher sa proie.

Attendons-nous à entrer, rapidement, dans une année sombre.

Le chef de l’état central actuel est prié, de Bruxelles comme des nostalgiques passéistes d’une France « une et indivisible » de ne rien lâcher. Non seulement de ne rien lâcher, mais de reprendre en mains la situation dégradée d’aujourd’hui. Ce n’est bon, ni pour la finance des uns, ni pour l’image de « l’une et indivisible » des autres.
Comme les Citoyens, qu’ils soient de jaune vêtus, ou pas, ne semblent pas vouloir rentrer dans leurs chaumières, ayant reçu quelques pièces du monarque parisien; ce dernier va devoir se radicaliser.

Il a déjà lâché la troupe, les chars et les chiens.

Chaque semaine verra son lot de blessés et d’arrestations arbitraires. Chaque camp se raidira et la situation va devenir rapidement plus grave encore. Ce pdg-président gère le pays comme s’il s’agissait d’une multinationale cotée en bourse. Imbu de sa personnalité et incapable de discernement, il va jouer le jusque-boutiste. Prenant là une très grave responsabilité envers l’Histoire.

Calmer le jeu … maintenant.

Parce qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Donc avant de passer le point de non-retour, si cela n’est pas déjà fait, le pouvoir central doit revenir dans notre époque. En fait il n’y a que regarder ce qui se fait dans la plupart des démocraties européennes. Puis donner aux Citoyens des possibilités vraies de s’exprimer. Les considérer comme des personnes aptes à bien penser et à bien décider … pour elles.
La seule grande priorité d’un gouvernement doit être de travailler nuit et jour à faire en sorte que chaque Citoyen ait un toit pour s’abriter et de quoi manger correctement. Donc un travail correctement rémunéré. Celui qui est en place dans les palais parisiens n’a en tête que le respect d’un déficit à moins de 3% et d’accorder des avantages aux sponsors de son élection.
Décongestionner l’État central pléthorique. Organiser des territoires humainement cohérents munis de vrais pouvoirs … comme dans les démocraties européennes. Supprimer les préfets, etc …

Ou disparaître.

Car si le pouvoir central parisien n’annonce pas de grandes et vraies mesures dans les toutes prochaines semaines, il disparaîtra rapidement. En fait, le grand débat annoncé et dont on ne sait presque rien, est déjà mort-né. A force de trop promettre sans tenir, de trop mentir, le pouvoir central est devenu inaudible.
Donc dans cette position, il lui devient de plus en plus impossible, à chaque jour qui passe, d’être entendu par les Citoyens.
Incapable qu’il a été, qu’il est, et qu’il sera, de comprendre la situation du pays et d’annoncer rapidement de vraies mesures fortes, il promet l’Hexagone à une implosion certaine.
L’Une et Indivisible vit ses derniers moments.

Photo BSAZ

Précédent La Brexit anglais va t-il profiter à la Brittany Ferries ?
Suivant Des entreprises installées en Bretagne deviennent danoise et estonienne !

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 206 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Nicola STURGEON, première ministre d’Écosse, à la rencontre des Bretons.

Rencontre avec Nicola STURGEON. C’est avec grand intérêt et plaisir que j’ai pu interroger la semaine dernière, avec mes collègues de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, la

Crit’Air, ou quand le monde rural finance la pollution urbaine

Crit’Air, une vignette pour aider à lutter contre la pollution dans les villes arrive à Rennes. Depuis ce Lundi 1er Octobre, la vignette Crit’Air est obligatoire pour circuler dans la

Le Gulf Stream change et la Bretagne en dépend directement.

Le Gulf Stream, ce grand courant qui vient baigner l’Europe. Depuis la nuit des temps, l’Atlantique nord est parcouru de multiples courants océaniques. Dont le principal et le plus connu

4 commentaires

  1. papy29
    janvier 05, 13:14 Répondre
    Bonjour à toutes et à tous, Je découvre, "par hasard", le site "NRU BRETAGNE". Sincèrement, cela me fait du bien. Je suis âgé de 72 ans et je commençais à désespérer. Je ne croyais plus possible un vrai sursaut citoyen. Je vais me régaler à lire tous vos autres articles. Merci !
  2. Penn kalet
    janvier 05, 19:37 Répondre
    Il faut garder la tête froide ,car malgré toutes les turbulences ce n'est pas certain que le pouvoir parisien ne s'écroule dans un avenir proche ,par le passé des chroniqueurs ont déjà fait ce pari en vain ..Par contre ce qui peut se produire c'est la chute de Macron et la prise du pouvoir par l'armée ou pire une union RN LFI et autres souverainistes français , Le Pen Mélenchon faisant cause commune. Dans cette hypothèse la centralisation va être poussée à l'extrême ,ce sera un pouvoir encore bien plus autoritaire ,la fin de ce qu'"il reste de la démocratie et de la liberté d'opinion ,la répression des minorités en particulier les défenseurs de la langue bretonne pour ce qui nous concerne ,pas exclu que suivant l'évolution de la situation que l'on connaisse une réplique de la terreur surtout si c'est Mélenchon et ses sbires qui contrôlerons le pouvoir .Evidemment ce chaos dictatorial et anarchique à la fois? ne durera pas éternellement ,après sa chute viendra peut être l'espoir ,cependant beaucoup de crimes auront été commis c'est là le danger d'un RIC qui peut effectivement répondre à certains problèmes par exemple la réunification de la Bretagne ,il peut amener des dérives dans d'autres cas vu la montée des populismes et la dérive sociétale actuelle . Imaginons qu'un mouvement issu des gilets jaunes dénonce une catégorie ou une minorité accusée d'être à l'origine des problèmes des français ,et donc propose un référendum pour la mettre au banc de la société en restreignant ses droits dans un premier temps ,je vous laisse deviner la suite .Il y a d'autres solutions pour que les citoyens se fassent entendre ,pour ce qui concerne la Bretagne les départements véritables relais du pouvoir central devraient être abolis remplacés par le vingt six petits pays loi Voynet ,échelons de proximité qui permettrait à la population de faire valoir ses doléances et de se faire écouter .
  3. Avécer
    janvier 06, 09:12 Répondre
    Depuis la Libération nombreux sont ceux qui ont dénoncé l'omniprésence, l'omniscience et l'omnipotence du pouvoir central, et depuis seules ont changé, les apparences. Ce pays a été et est toujours une construction de son état, un état-nation dans lequel la nation est subjuguée par l'état, nous ne l'écrirons jamais assez. La seule solution c'est l'effacement de l'état et le remplacement de l'état-nation par une fédération des peuples qui le composent dans ses frontières géographiques naturelles.

Laissez un commentaire